Sélectionner une trace


Sélectionner une année

2017 • 2016 • 2015 • 2014  
2013 • 2012 • 2011 • 2010  
2009 • 2008 • 2007 • 2006  
2005 • 2004 • 2003 • 2002  
2001 • 2000 • 1999 • 1998  
1997 • 1996 • 1995 • 1994  
1993 • 1992 • 1991 • 1990  
1989 • 1988 • 1987 • 1986  
1985 • 1984 • 1982 • 1980  
1979 • 1978 • 1977 • 1976  
1975 • 1974 • 1973 • 1972  
1971 • 1967 • 
 

Toulouse-Lautrec (apparence)
Type de trace : Encre de Chine sur papier
date de parution : 1976-77

J'ai beaucoup écrit (articles, roman, réflexions philosophico-politiques), alors que mes études à Sciencepo me permettaient de rencontrer des personnes atypiques (les animateurs du fanzine Falatoff), de passer chez José Artur dans le Pop Club avec Claude Mauriac, de frôler de délicieuses copines, de rencontrer un ami artiste et d'apprendre des méthodes et du droit constitutionnel (que j'aimais beaucoup, contrairement au droit civil fait de "par coeur" sans vraie réflexion). Je me laissais entraîner par mes parents à faire du droit (à Assas, quelle horreur sinistre) pour suivre les cours de l'Ecole du Louvre (trop classique à mon goût alors et où je détonnais en faisant un décryptage sous divers critères de la Baigneuse dite Valpinçon d'Ingres). Puis, je largai tout, parents, famille, études pour travailler dans une librairie, puis une banque et vivre dans une chambre de bonne avec une amie (petit lit, lavabo, réchaud sur table d'écolier, tournedisque à enjamber pour entrer et grandes toiles en cours, mais liberté et beaucoup d'amis). Là, ce brave nabot de Lautrec dessiné pour une chronique d'expo.



'Pataphysicien
Type de trace : Carte de membre
date de parution : 1976

Tout mon salaire de vendeur de journaux en centre commercial est passé à acheter les publications du Collège de 'Pataphysique, dont je devenais membre, après l'avoir côtoyé plusieurs années. Je n'ai jamais été membre d'autre chose que de cette société parodique (celle de Peillet, Queneau, Duchamp, Dubuffet, Miro, Ionesco, Vian...), ayant des amitiés libertaires fidèles et très proche des situationnistes. Je deviendrai aussi un ami  étroit de Noël Arnaud et d'Eva (réalisant même 4 jours d'entretiens filmés avec lui), personnage secret revivifiant avant-guerre Dada avec Les Réverbères, tenant un surréalisme de Résistance dans La Main à plume, ouvrant la voie à Cobra avec le surréalisme révolutionnaire, accompagnant le Collège de 'Pataphysique et Dubuffet ou Boris Vian, conférant avec Debord, soutenant le FLN, futur président de l'Oulipo (Ouvroir de littérature potentielle)...



Exclure le Salon de la Jeune Peinture
Type de trace : Détail d'un panneau avec collages
date de parution : 1976

Joyeux amusements contre la production artistique militante ou commerciale (réévoqués récemment avec Roger Langlais vers l'Himalaya). Voilà un bout de panneau-collage qui m'est resté de notre intervention. J'ai en effet participé au Salon de la Jeune peinture et claqué la porte de l'édition 1976 avec des amis néo-situationnistes (Guy Bodson et Roger Langlais), contestant l'obligation de produire des oeuvres collectives. Pourquoi interdire la subjectivité individuelle ? Nous avons aussi occupé alors les bureaux provisoires du Centre Beaubourg, futur Centre Pompidou, craignant une machine à produire de l'art officiel. La police nous avait relachés. Et, sans hésiter, notre haine à la fois des groupuscules marxisants et des petits artistes vendeurs de leur image de marque, nous fit rejeter en bloc tout le Salon. Texte du tract :

» Considérant l'arbitraire séparation en collectifs du salon de la J.P. ;

» Considérant la surabondance des idéologies qui en découle et de

leur illusoire unification sous le sigle de la jeune Peinture (J.P.) ;

» Considérant l'extravagante prétention de ce conglomérat à

représenter un avant-gardisme révolutionnaire – ce qui au mieux,

ne constituerait qu'une nouvelle couche idéologique – ;

» Considérant les rapports claniques du comité et d'une fraction

au stalinisme dissimulé de la J.P., et l'illusoire opposition de celle-ci

à la misère néo-trotskyste-léniniste, – tous victimes de la fausse

conscience de leur opposition – ;

» Considérant le refus fondamental d'une libre esthétique individuelle

– au pire, la seule qui nous importe encore quelque peu,

les soussignés déclarent se désolidariser dorénavant à compter

de ce jour de toute activité placée sous le sigle “J.P.”

» Paris, le 1er juin 1976

» Pour le collectif 76 : Bodson, Gervereau, Hamon, Langlais. »

Et vlan.



Psychodrame (apparence)
Type de trace : Techniques mixtes
date de parution : 1975

Ma haine du monde réel était totalement influencée par Dada (manifestes de Tzara, Courrier Dada de Raoul Hausmann), par l'Internationale situationniste et Guy Debord (je ferai une exposition sur Asger Jorn), par la musique (Dylan, Stones, Beatles, Velvet, Syd Barrett...) et tout le cinéma en marge (mais j'adorais et adore les années 1920 dans leurs dérapages inventifs : Caligari, Lang, Vertov, Stroheim...) L'activité plastique était pour moi totalement non commerciale, conçue pour des événements et liée à d'autres types d'expressions. Je jouais et réalisais de petits films prétentieux, jusqu'à me voir en grand écran à la Cinémathèque et à être terrorisé.



Incendie
Type de trace : Tract poésie
date de parution : juillet 1975

Incendie. Tout brûler. On partait en 2CV aux frontières marines de la Hollande, dormant sur les sièges, mettant Dylan ou Coltrane à fond. A vrai dire, je ne supportais pas André Breton et son aspect pontifiant, ampoulé. Par amitié, j'ai fait paraître ce texte "surréaliste", alors que je me promenais mentalement avec Kerouac ou Mekas, faisait de la psychogéographie rétrospective aux côtés de l'Internationale lettriste (dont j'appréciais le sens de la dérision, comme Michèle Bernstein) et suivais la dérision d'André Balthazar et du Daily Bul, en allant au carnaval de Binche avant que les touristes japonais n'en polluent l'atmosphère villageoise. Mais pas de secte : les yeux ouverts. Ai-je déjà dit (ou cela fait trop midinette) que je croisais, par exemple, à la galerie Claude Bernard dans ces années, en fin de matinée, un Francis Bacon à la tête de chou, décomposé, en débâcle de banquise, vert et rose suivant les endroits, et bleuet aussi, survivant, me faisant songer qu'il n'y avait évidemment aucun mérite à l'auto-destruction (je déteste particulièrement l'artiste alcoolo-aigre-abruti, clodo de ses ratages) mais qu'une pareille incubation existentielle ne pouvait être foncièrement néfaste. Il bougea. Je ne lui dit rien. Il sortit quelques mots techniques à l'assistante, blême et rèche, désagréable, et finit par croiser mon regard pour une torsion minimale de la commissure gauche de la lèvre. Cette connivence nous suffit. Je partais, heureux.



Classe (apparence)
Type de trace : Techniques mixtes
date de parution : 1975

Ma haine du système scolaire fut totale. Brillant étant jeune, je ne supportais pas l'injustice dans l'autorité. Très solitaire bien que participant à des aventures de groupe, je faisais ma deuxième exposition personnelle à Versailles, remarquée du seul Jean-Luc Moulène --que je devais retrouver plus tard. Il s'agissait d'un travail entre abstraction et réalisme (des "apparences") sur des situations-signes de la vie quotidienne. Travaillé avec furie dans des transes alcoolisée cigare au bec (comme toute ma production plastique), de jour comme de nuit, certaines scènes en noir et blanc étaient lacérées, parfois jusqu'à me blesser.



Association d'artistes
Type de trace : feuille ronéotée
date de parution : 18 décembre 1974

Ayant à peine 18 ans, je devenais trésorier de cette association basée au théâtre du Ranelagh (qui avait accueilli Wagner et était aussi devenu en 1931 une salle de cinéma art et essai avant-gardiste), emmenée par Maurice Rapin et Mirabelle Dors, amis de Magritte et des surréalistes belges (Marcel Mariën). Là, j'ai longuement bavardé avec le délicieux Philippe Soupault, exposé avec Alfred Courmes et Clovis Trouille, présenté une manifestation végétale d'Isidore Isou, Maurice Lemaitre et du groupe lettriste, aimé la subtilité de Gil Wolman, regardé les films de Georges Méliès avec délices.



Identité
Type de trace : carton d'invitation
date de parution : 1973

J'avais trouvé ce nom "identité" pour un groupe aux influences hybrides, avec des passionnés de Lou Reed dans une vieille usine abandonnée de bord de Seine. Burroughs nous motivait et, dans cette librairie où Joyce bruissait près de l'adorable George Whitman, j'avais conçu des installations en relief pour poèmes et dessins. L'affiche, pas abus de shit du sérigraphe, ne sortira jamais à temps. Elle n'est toujours pas sortie et j'en ai gardé une haine des shiteux mous.



sans
Type de trace : peinture à l'huile sur toile
date de parution : 1972

Encore des essais préhistoriques. Du vertige optique qui part en délire, car rien n'est vraiment droit.

En hommage à Stanley Kubrick, alors que j'allais souvent 4 fois par jour au cinéma et m'écrabouillais à la grille de la Cinémathèque à Chaillot pour me retrouver près de la petite Lotte Eisner en milieu de salle devant un film expressionniste : 2001, odyssée du malaise en 1972, où je marchais dans les rues, tête baissée en kabig crevant sur le trottoir.



ville végétale
Type de trace : peinture à l'huile sur toile
date de parution : 1972

Encore une trace préhistorique.

Une ville en feu, gagnée par la végétation menaçante, entre pollution et écologie. Toutes ces toiles ont été exposées dans ma première manifestation publique en 1972 à Versailles (où j'habitais, détestant profondément ce lieu mort, moi qui venais de Bobigny, banlieue ouvrière pavillonnaire à l'époque). Nom de l'expo : "Angoisses". La journaliste, terrorisée par ma violence, n'a jamais fait paraître son article.



1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24