Sélectionner une trace


Sélectionner une année

2019 • 2018 • 2017 • 2016  
2015 • 2014 • 2013 • 2012  
2011 • 2010 • 2009 • 2008  
2007 • 2006 • 2005 • 2004  
2003 • 2002 • 2001 • 2000  
1999 • 1998 • 1997 • 1996  
1995 • 1994 • 1993 • 1992  
1991 • 1990 • 1989 • 1988  
1987 • 1986 • 1985 • 1984  
1982 • 1980 • 1979 • 1978  
1977 • 1976 • 1975 • 1974  
1973 • 1972 • 1971 • 1967  
 

1979 1978 1977 1976  1975 1974 1973 1972 1971 

Psychodrame (apparence)
Type de trace : Techniques mixtes
date de parution : 1975

Ma haine du monde réel était totalement influencée par Dada (manifestes de Tzara, Courrier Dada de Raoul Hausmann), par l'Internationale situationniste et Guy Debord (je ferai une exposition sur Asger Jorn), par la musique (Dylan, Stones, Beatles, Velvet, Syd Barrett...) et tout le cinéma en marge (mais j'adorais et adore les années 1920 dans leurs dérapages inventifs : Caligari, Lang, Vertov, Stroheim...) L'activité plastique était pour moi totalement non commerciale, conçue pour des événements et liée à d'autres types d'expressions. Je jouais et réalisais de petits films prétentieux, jusqu'à me voir en grand écran à la Cinémathèque et à être terrorisé.



Incendie
Type de trace : Tract poésie
date de parution : juillet 1975

Incendie. Tout brûler. On partait en 2CV aux frontières marines de la Hollande, dormant sur les sièges, mettant Dylan ou Coltrane à fond. A vrai dire, je ne supportais pas André Breton et son aspect pontifiant, ampoulé. Par amitié, j'ai fait paraître ce texte "surréaliste", alors que je me promenais mentalement avec Kerouac ou Mekas, faisait de la psychogéographie rétrospective aux côtés de l'Internationale lettriste (dont j'appréciais le sens de la dérision, comme Michèle Bernstein) et suivais la dérision d'André Balthazar et du Daily Bul, en allant au carnaval de Binche avant que les touristes japonais n'en polluent l'atmosphère villageoise. Mais pas de secte : les yeux ouverts. Ai-je déjà dit (ou cela fait trop midinette) que je croisais, par exemple, à la galerie Claude Bernard dans ces années, en fin de matinée, un Francis Bacon à la tête de chou, décomposé, en débâcle de banquise, vert et rose suivant les endroits, et bleuet aussi, survivant, me faisant songer qu'il n'y avait évidemment aucun mérite à l'auto-destruction (je déteste particulièrement l'artiste alcoolo-aigre-abruti, clodo de ses ratages) mais qu'une pareille incubation existentielle ne pouvait être foncièrement néfaste. Il bougea. Je ne lui dit rien. Il sortit quelques mots techniques à l'assistante, blême et rèche, désagréable, et finit par croiser mon regard pour une torsion minimale de la commissure gauche de la lèvre. Cette connivence nous suffit. Je partais, heureux.



Classe (apparence)
Type de trace : Techniques mixtes
date de parution : 1975

Ma haine du système scolaire fut totale. Brillant étant jeune, je ne supportais pas l'injustice dans l'autorité. Très solitaire bien que participant à des aventures de groupe, je faisais ma deuxième exposition personnelle à Versailles, remarquée du seul Jean-Luc Moulène --que je devais retrouver plus tard. Il s'agissait d'un travail entre abstraction et réalisme (des "apparences") sur des situations-signes de la vie quotidienne. Travaillé avec furie dans des transes alcoolisée cigare au bec (comme toute ma production plastique), de jour comme de nuit, certaines scènes en noir et blanc étaient lacérées, parfois jusqu'à me blesser.



1979 1978 1977 1976  1975 1974 1973 1972 1971