Sélectionner une trace


Sélectionner une année

2019 • 2018 • 2017 • 2016  
2015 • 2014 • 2013 • 2012  
2011 • 2010 • 2009 • 2008  
2007 • 2006 • 2005 • 2004  
2003 • 2002 • 2001 • 2000  
1999 • 1998 • 1997 • 1996  
1995 • 1994 • 1993 • 1992  
1991 • 1990 • 1989 • 1988  
1987 • 1986 • 1985 • 1984  
1982 • 1980 • 1979 • 1978  
1977 • 1976 • 1975 • 1974  
1973 • 1972 • 1971 • 1967  
 

Musées et politique
Type de trace : congrès et livre
date de parution : 1998

Voilà le temps de reconsidérer la fonction des musées pour cette 4e édition de nos rencontres au Musée de la Civilisation à Québec. Je posais en ouverture une question impertinente : "Les sociétés ont-ils besoin de musées ?". Patrimoine en partage, globalisation et rapport local-mondial, aspect social et moral, histoire et mémoire, besoin de repères, nous avons débroussaillé avec passion et générosité. Visites très intéressantes au Canada sur des exemples divers (et parfois critiquables). Amitiés durables, acquises déjà sur le terrain des arts.



Peut-on apprendre à voir ?
Type de trace : colloque et livre
date de parution : juin 1998

Colloque important où je lance cette formule : "apprendre à voir". Il y a pas moins de 75 spécialistes différents rassemblés. Souvent, ils ne se sont jamais rencontrés. Voilà une leçon d'humilité pour chacun. Pas d'OPA gouroumachique dans ce pays fasciné par les sémiologues ou les psychanalystes à vérité révélée. Chris Marker en couverture. Pierre Encrevé, conseiller de Catherine Trautmann, m'aide au ministère de la Culture pour imposer la manifestation, contre toutes les fâcheuses et les fâcheux occupés d'empêcher pour masquer leur inutilité. Alfred Pacquement nous accueille aux Beaux-Arts. Michael Baxandall me confie un texte qu'il ne peut lire. Impossible de citer chacune, chacun. Daniel Arasse brille et nous manque désormais. Un final terrible où Jean-Luc Godard m'annonce une heure avant son absence, alors qu'il doit dialoguer avec Pierre Soulages sous mon arbitrage. Pierre Soulages, soutenu par son épouse, décide de rester finalement. C'est un très bel esprit. J'appelle Philippe Dagen et affronte, seul, la bronca naissante. Nous dialoguons dans le calme revenu. J'écrirai à Godard pour lui dire sa grossièreté vis-à-vis de Soulages. Il me répondra, gêné, et ira voir le peintre dans son atelier pendant l'été.



Yougoslavie et Moebius
Type de trace : livre et exposition
date de parution : 1998

100 ans d'histoire de l'espace yougoslave. L'idée était de Joseph Hue. Il a fallu crapahuter en voiture dans les cinq pays pour glaner des pièces historiques ou artistiques. Les massacres cachés par les uns, nous les montrions grâce aux autres. Sujet tellement difficile, alors que l'éclatement venait d'intervenir dans le sang. J'ai encore sur mon bureau un obus tombé dans le musée de Sarajevo. J'ai demandé à Moebius (que j'avais vu peu avant répondant à un journaliste pour un débat public, seul sous une tente déserte à la Bastille) de faire l'image sur le thème de la frontière. Il était sensible à ces événements et a créé une image exceptionnelle. Nous avons beaucoup parlé, chez lui, dans sa maison de banlieue, pour préparer, et puis il est venu signer très gentiment au vernissage. Vernissage où toutes les représentations diplomatiques étaient présentes : j'appréhendais. Mais en fait le catalogue épais et fort illustré comme toujours, s'est mieux vendu là-bas qu'en France, car cela permettait à chaque pays de retrouver des pièces disparues. Yves Tomic a beaucoup travaillé. Jean-Hugues Berrou a fait des reportages. J'ai essayé de montrer combien ces pays n'étaient pas des "barbares", mais étaient liés à toutes les avant-gardes européennes.



Histoire de l'immigration
Type de trace : livre et exposition
date de parution : 1998

Voilà encore un sujet à hauts risques : 100 ans d'immigration en France. Il a fallu se battre. Pierre Milza trouvait l'image de Savignac "enfantine". J'avais passé du temps à Trouville avec ce grand monsieur. J'ai poussé à montrer sur 100 ans pour faire comprendre que le phénomène est ancien. J'ai refusé le misérabilisme utilisé par la Villette dans une sorte de jeu de rôles pour faire semblant d'être un immigré. J'ai voulu montrer les apports de l'immigration dans tous les domaines, par des gens célèbres ou inconnus, dans le sport, l'économie, la cuisine, la musique ou la littérature. Pour chaque manifestation, il faut ainsi se poser la question d'un message simple, premier. Ici, pas une immigration-problème, mais une immigration-chance. L'ouverture de l'exposition donnait à lire des mots de notre quotidien et leur étymologie étrangère. Des personnalités m'ont confié des objets sensibles et je les ai interviewées : la subtile Marina Vlady, Moustaki, Arias, Arrabal, Cavanna, Annie Cordy, Dibango, Khaled, Jazy, Lemarque, Uderzo, Manoukian, Rego, Velickovic, Bridgewater... Il y eut un comité de parrainage prestigieux avec aussi bien Edgar Morin que Robert Badinter (visiteur fidèle du musée). La France gagna la coupe du monde de football et Jacques Chirac m'envoya une lettre personnelle pour me féliciter.



Lettre Chirac
Type de trace : correspondance
date de parution : février 1997

Jacques Chirac, Président de la République, soutient le projet de Musée du XXe siècle. Législatives. Cohabitation. Tout à recommencer. Mais Chirac soutient toujours, Jospin aussi, Trautman à la Culture également (malgré la Direction des musées de France qui rechigne), et enfin Allègre à l'Education. Le dossier est mis dans les mains de Claude Allègre, un conseiller est nommé pour le suivre, je le rencontre, ma lettre de mission est prête. Elle ne sera jamais signée. Je ne serai pas non plus nommé à la tête de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, tutelle du Musée d'histoire contemporaine. Je passe alors à autre chose et rassemble tous mes travaux pour écrire un gros ouvrage : Les Images qui mentent. Histoire du visuel au XXe siècle.



Histoire de la télévision
Type de trace : exposition et livre
date de parution : 1997

J'ai réussi à convaincre Francis Denel à l'INA. Jean-Noël Jeanneney nous a accompagnés. Il fallait vraiment défricher pour cette somme sur la télévision française. J'ai rencontré et fait des entretiens avec tant de personnalités fortes : Guy Lux avec sa gouaille (jadis aussi célèbre que le général de Gaulle), la merveilleuse intelligence de Pierre Dumayet, Tchernia, Averty bien sûr pour des séances épiques, Bluwal, Marcillac, Jacques Martin dans son théâtre de l'Empire désert, Georges de Caunes et Jacqueline Joubert qui se revoyaient grâce à moi, Pierre Bellemare, Collaro sur sa péniche au pied de TF1 pour ses marionnettes du Bébête-Show, et les premiers techniciens, décorateurs... Ce fut passionnant de suivre les débuts et l'invention de personnages qui bricolaient un nouveau medium. J'ai écrit particulièrement sur les variétés, qui me semblaient, avec le sport, un genre fondamental. C'est très français, mais c'est très affectif. Il était temps (après la destruction des Buttes Chaumont) de valoriser un temps particulier, qui disparaît dans l'ouragan du Net.



Quel futur pour les musées d'histoire ?
Type de trace : congrès et livre
date de parution : 1996

J'ai accompagné Hermann Schäfer depuis les débuts de la Haus der Geschichte à Bonn, comme Christof Stölzl pour le Deutsches Historisches Museum à Berlin. Hermann a beaucoup oeuvré pour ce congrès où nous avons parlé tant virtuel que rôle social du musée, tant pluridisciplinarité que spectacles. Bref, à relire, car tous les bouleversements futurs y sont. Parallèlement, j'ai côtoyé Pontus Hulten et aimé l'indépendance d'esprit, je voyais Topor et Spoerri, écoutais du tango aux Trottoirs de Buenos Aires et Archie Shepp.



L'Image
Type de trace : revue livre
date de parution : mai 1996

La pauvreté, c'est l'exhibitionnisme de la souffrance, le commerce de la charité, l'obscénité du luxe, les géo-caricatures pour des populations entières... Jamais depuis, au temps des ONG concurrentes et du caritatif-masque obscène pour tout vendre, une telle réflexion ne s'est révélée aussi importante. Beaucoup de signatures prestigieuses et Béringer sur les architectures précaires. Moi encore devant la télé. Surtout, à cette occasion, j'erre dans Londres, vis chez Sarah Wilson du Courtauld Institute, croise des artistes du pop anglais et ai le privilège de faire un entretien avec le délicieux et subtil Ernst Gombrich, avec son épouse, un thé, son accent juif autrichien. Quelle merveille d'intelligence, de non-systématisme même s'il déteste Duchamp, d'agilité intellectuelle. Il accompagnera L'Image jusqu'à sa mort. Nous nous parlerons régulièrement et correspondrons. Il me promettra même un article pour l'exposition "Picasso et la caricature". Voilà des raisons de vivre.



L'Image "Le désir"
Type de trace : revue livre bilingue
date de parution : décembre 1996

Beau thème au temps de la radicalité porno ou de la censure religieuse. J'ai mis Bruno Schulz en exergue. Paul Ardenne nous parle de porno et Eyzikman de Doré. Beaucoup d'auteurs internationaux. De Baecque interviewe Jean Rouch. Je l'apprécie infiniment depuis Petit à Petit, ethnologie inversée, et le reverrai. Je m'entretiens avec William Klein.



40 ans
Type de trace : photo
date de parution : janvier 1996

J'ai fêté les dizaines, pour oublier collectivement et préparer la suite, la rémission. Voilà mes enfants dans l'atelier de Belleville où j'officiais avec Christian (Louis Rollinde) : nous avons le même âge. Des amies et des amis anciens s'y retrouvaient. Je suis sauvage et fidèle, distingue les relations, même sympathiques, et la connivence de longue durée. En revanche, des personnes rares, tôt entrevues, peuvent me sembler presque immédiatement proches. C'est ce qui arriva, par exemple, avec André Stas et Fanchon Daemers.



1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24