Sélectionner une trace


Sélectionner une année

2019 • 2018 • 2017 • 2016  
2015 • 2014 • 2013 • 2012  
2011 • 2010 • 2009 • 2008  
2007 • 2006 • 2005 • 2004  
2003 • 2002 • 2001 • 2000  
1999 • 1998 • 1997 • 1996  
1995 • 1994 • 1993 • 1992  
1991 • 1990 • 1989 • 1988  
1987 • 1986 • 1985 • 1984  
1982 • 1980 • 1979 • 1978  
1977 • 1976 • 1975 • 1974  
1973 • 1972 • 1971 • 1967  
 

La Propagande sous Vichy
Type de trace : livre d'expo
date de parution : mai 1990

Encore un livre copieux-bilan, dirigé avec Denis Peschanski. J'ai, une fois de plus, pris des risques avec cette exposition. Les médias ont commencé à assassiner l'opération avant ouverture (parler de Vichy l'année de Gaulle, en plus aux Invalides...) Et puis ce fut la violation des tombes juives de Carpentras. Et là : "enfin, c'est essentiel, pourquoi n'avons-nous pas parlé de Vichy plus tôt..." L'exposition fait date. L'image de Baillargeon gagne des prix en France et à l'étranger. Je fais une grande étude sur la propagande pétainiste (et révèle le "fonds Pétain"), complémentaire des travaux de mon amie Laurence Bertrand Dorléac. Un grand succès public, livre épuisé. Mais je dois me battre pour expliquer le double langage du gouvernement de Vichy, prenant des mesures contre les Juifs dès 1940 de sa propre initiative, mais faisant une propagande rassembleuse, autiste, sur la France éternelle et la famille.



Peintres d'histoire 5
Type de trace : revue-affiche bilingue
date de parution : avril 1990

J'écrivais un grand texte sur la photographie et commettais un reportage-constat du banal. Notre siège se trouvait dans une petite maison de banlieue (en fait du 13e arrondissement avant la BNF, celle du pont de Tolbiac de Léo Mallet, de la rue Watt glauque, des chiffonniers), chez Christian. Maison-atelier détournée partout par des oeuvres où, parfois, nous organisions des dîners. La figuration narrative était à la mode. Nous aimions Basquiat. Christian achetait un Speedy Graphito impressionnant (qu'il dut revendre).



Peintres d'histoire 4
Type de trace : objets et mobilier
date de parution : mars 1990

Notre passion des oeuvres peintes était aussi une passion des objets et meubles. Nous avons même voulu en faire éditer certains (il y eut des promesses, mais rien au final). Il ne fallait pas des gadgets, ni du décoratif, ni de l'illustratif : alchimie difficile, plus ou moins réussie, mais donnant certaines pièces étonnantes.



Matériaux pour l'histoire
Type de trace : revue
date de parution : octobre 1990

Enquête avec Goudard, Missika, Bongrand, Paris-Clavel, Sarfis, articles nombreux sur toutes les périodes. Réfléchir sur la course à l'avenir dans un temps de doute, "post-moderne", qui croyait à une "fin de l'histoire", de sampling, baguette-rétro, nostalgie... Ouf. Il fallait saisir l'illusion du but mais sa nécessité. Face à l'écroulement.



Couteau
Type de trace : livre
date de parution : février 1989

Ca bouillonne en cette année de bicentenaire. J'avais récupéré un fonds exceptionnel d'affiches du parti communiste. Avec Philippe Buton, sous la houlette de son ami François Besse aux éditions du Chêne, nous célébrons la guerre froide en images juste avant l'ouverture du mur de Berlin. C'était prémonitoire. Pour l'exposition, je demande à Roland Topor une affiche (formidable) et deviens ensuite ami avec Fabrice d'Almeida, son neveu, et toute la famille. Roland est un homme d'exception, alors mal reconnu en France et qui finira persécuté par le fisc. Il m'accompagne souvent, non par son fameux rire-masque, mais par sa haine du médiocre, sa peur de la bêtise et sa volonté de sans cesse découvrir.



Check Point Charlie Chair
Type de trace : meuble-sculpture
date de parution : décembre 1989

J'ai beaucoup de tendresse pour ce meuble. Il a été conçu le soir même où s'ouvrait le mur à Berlin. J'écoutais les nouvelles. Je parlais à mon ami Hans-Joachim Neyer du Werkbund-Archiv. Je connaissais bien le Berlin du Mur. J'avais vu les Ecossais en kilt surgir dans la forêt, les Soviétiques, Berlin-Est. Cette pièce a été conçue avec Louis Rollinde dans la foulée. Elle exprimait la folie de la notion de frontière (je ferai une série d'oeuvres sur les frontières et un numéro de revue).



Peintres d'histoire 3
Type de trace : revue-affiche bilingue
date de parution : septembre 1989

Un grand article sur le goût, un autre sur la vie quotidienne, un hommage à Pessoa (qui n'était pas encore devenu une tarte à la crème pour touristes). Villeglé, toujours généreux, fut un des premiers acheteurs de la collection dans un emboitage-objet d'histoire.



Peintres d'histoire 2
Type de trace : revue-affiche bilingue
date de parution : mai 1989

Nous produisions beaucoup. Chaque numéro était thématisé, avec des textes d'analyse : ici objets, design et architecture. La revue était envoyée gratuitement dans le monde (quelle boulot ! avec ma petite fille Pauline sur les genoux ou perçant les nuits en bande studieuse rue Beaurepaire).



DE de Gaulle à Mitterrand, 30 ans de dessins d'actualité
Type de trace : livre d'expo
date de parution : décembre 1989

280 pages, 76 dessinateurs, une image inédite de Siné, un travail avec des Allemands. Je réalisais un grand historique et imposais un texte sur Willem, le premier du genre car il était alors assez méprisé (assez vite ensuite, il reçut prix et hommages, avant d'intéresser même aujourd'hui les historiens d'art). Je savais son rôle jeune dans le mouvement Provo à Amsterdam et je l'incitais à donner un ensemble important de revues de contre-culture au Musée d'histoire contemporaine. Le dessin d'actualité, comme la bande dessinée et le graphisme, m'ont toujours paru des formes d'expression essentielles. J'avais et j'ai des relations d'amitié avec André François, Cabu, Plantu, Wolinski, Willem,Siné ou Tim. J'apprécie des personnalités plus marginales comme Nicoulaud ou Montellier (et beaucoup d'autres...)



68
Type de trace : expo et livre
date de parution : 3 mai 1988

Pas moins de 304 pages. Là encore, le travail fut pionnier. Personnellement, de 1968, j'ai la mémoire de la 2CV de ma prof d'anglais qui nous amenait clandestinement à Paris, des boutiques dans Versailles pillées en sucre et pâtes par une population terrorisée et de l'ordre moral difficile à imaginer aujourd'hui (je lisais Sade grâce à Pauvert et Barbarella grâce à Losfeld). En 1988, dans les années gauche caviar et Bernard Tapie, ce fut le rejet des baba cools. Les maos étaient dans la presse ou la pub. 1968 n'était pas du tout à la mode et nous fûmes les seuls courageux à faire ce gros travail. J'insistais pour appeler cela "mai-juin 68", car en fait toutes les images produites, ou presque, datent de juin. Avec Geneviève Dreyfus-Armand (ex trotskyste de la LCR, qui avait vécu les événements), on s'est partagé le travail. J'ai enquêté sur l'aspect culturel, rencontré et interviewé les créateurs d'affiches ou les activistes, croisé Debord alors à Paris par Merri Jolivet, vu Rancillac, Fromanger, Rougemont, Paris-Clavel... Grapus nous a donné tout son fonds et fait l'affiche de la BDIC. François Le Quernec a inauguré une politique d'images de grands graphistes pour chaque manifestation. Siné, Wolinski ou Cabu devenaient des amis. On installait avec François Miehe un atelier de sérigraphie dans nos salles des Invalides et les visiteurs sortaient avec "La police vous parle tous les soirs à 20h".



1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24