07 : 12 : 15

BLUES ET REVEIL NECESSAIRE

Ce dessin de Willem a une histoire. Il a été réalisé à l'été 2015 après que Corinne Bonnet lui ait demandé plusieurs semaines avant une oeuvre pour l'exposition "Au-delà, atlas des visionnaires" (conçue par Olivia Clavel et qui rassembla 20 artistes des plus réjouissants). Willem laissa Corinne Bonnet, la galeriste et voisine îlienne, sans réponse. Puis, à l'été, il lui donna ce dessin.

C'est ce dessin qui était exposé lors de sa venue à Paris le 14 novembre avec Medi dans l'exposition. Et, le 14 novembre, après l'horrible réplique des assassinats de Charlie-Hebdo la veille, il n'y avait rien à faire que d'ouvrir une bouteille...

Aujourd'hui, ce n'est pas l'horreur absurde qui est au programme, mais la ringardisation entière d'un pays qui s'est laissé entraîner vers un raidissement national à rebours de l'Histoire. Marine Le Pen n'est pas Hitler, mais justement c'est le problème : la droite française s'est fait kidnapper par l'extrême-droite. Pour des raisons profondes : il existe une crise démocratique dans le pays et une absence d'idéaux alternatifs clairement affirmés à un repli nationaliste rassurant en apparence, très dangereux dans les faits.

De même qu'après les assassinats perpétrés la réponse sécuritaire ne peut suffire (il faut un réveil culturel et éducatif), de même les élections à venir ne doivent plus être détournées par ce qui n'est pas le sujet premier d'un pays en devenir. Pour la jeunesse, pour les actifs comme pour toute une partie d'un troisième âge soucieux du vivre en commun, il faut tout placer sur les objectifs de justice et de durabilité. Je le dis depuis des années et la personnalité politique qui saura rassembler et avancer sur ces objectifs clairs avec les conséquences constitutionnelles qui en découlent renversera la table.

Cela suppose de cesser de se désintéresser du local, du terrain. Tout vient de là : le retour au local. Cessons d'avoir des quartiers urbains et des villages abandonnés. Soyons fiers de là où nous vivons en faisant des choix rétrofuturos où la population est associée : décider de ce qu'on veut garder et magnifier comme traditions et de là où on veut innover. A partir de ce retour au local, de cette défense du local avec des circuits courts, de l'innovation économique, il faut cependant comprendre notre univers en réseaux planétaires.

Oui, notre dimension est locale-globale désormais et l'illusion du repli autarcique est dangereux. La COP21 donne l'exemple du fait qu'une gouvernance planétaire doit être construite. Les enjeux environnementaux comme d'ailleurs le terrorisme ne se traitent --nous le voyons tous les jours-- qu'à la bonne échelle : elle dépasse les pays et même les continents. Elle implique l'ensemble de la communauté humaine dans son environnement, en interaction avec son environnement. S'enfermer dans une conception bornée au sens propre, c'est être inopérant et subir des conséquences environnementales mais aussi économiques ou sur les libertés publiques considérables. La cécité des néo-réactionnaire est là : ce sont des oies blanches prêtes à se livrer à toutes les catastrophes et aux effets de la guerre mondiale médiatique des propagandes et des publicités où ils ne décident plus de rien.

Je viens de terminer un livre sur ces questions. Alors, souhaitons que cette pensée soit enfin largement relayée dans les médias, souhaitons que beaucoup s'en emparent. L'espace médiatique s'est laissé phagocyter de façon pernicieuse par les néo-réactionnaires --comme si c'était "courageux" d'être réactionnaire, de déverser sa bile...--, représentants gonflés d'une seule partie du peuple et en tout cas d'options dangereuses pour le futur. Assez donc de temps perdu et d'autodestruction, de morbidité nostalgique : disons-le, si par malheur le Front national arrivait au pouvoir, soit il ne ferait pas grand chose comme sa politique assez prudente actuelle locale, soit il provoquerait des troubles graves. Du temps perdu et de l'auto-destruction.

Finalement, à idéaliser le passé, ces personnes ne croient plus en la capacité des Françaises et des Français d'inventer le futur, de créer, d'innover dans tous les domaines. Eux qui ne cessent de trier les bons Français et les mauvais Français, ils ne croient plus en la France, ils veulent faire de ce pays un territoire muséographié dans le plus mauvais sens du terme, congelé. Assez de masochisme ! Oui, il n'y a vraiment plus de temps à perdre pour une jeunesse qui se sent ignorée, délaissée, sans perspective et qui végète dans la dépression ou s'exile.

Levons l'espoir d'une République durable et solidaire, clairement engagée pour la justice et la qualité environnementale locale et globale. Retrouvons des idéaux dans le respect de la relativité des pensées, des croyances, des civilisations : une écologie culturelle. Ces idéaux ont fait les meilleurs moments de notre Histoire comme de celle des Etats-Unis, ceux d'appels généreux à la communauté humaine. Rallumons les Lumières !


Twitter Facebook MySpace Digg


17 : 11 : 15

MEDIA-TERRORISME ET RESISTANCE CULTURELLE


MEDIA-TERRORISME ET RESISTANCE CULTURELLE

Nous confirmons l'exposition : Michel Granger, un amoureux de la planète !

Venez nous soutenir ce jeudi 19 novembre de 18h à 20h (ECART, 18 rue Jacob, 75006 Paris) pour l'inauguration en présence de l'artiste

Inutile de dire que toute l'oeuvre et les valeurs de Michel Granger -- paisible habitant du 10e arrondissement de Paris-- sont à l'exact opposé des horreurs qui viennent d'être commises.

Alors que les chamailleries politiques recommencent et les surenchères sécuritaires, alors que les médias font de facto la pub de ce media-terrorisme inauguré avec le World Trade Center, il est essentiel de se rassembler et de parler de ce qui doit faire notre force : l'éducation à tout âge et la culture, la défense de la science et des savoirs contre l'obscurantisme fanatique.

Et, affirmons-le, la COP21 est plus importante que les agissements de 8 criminels.

Partout, il faut non seulement continuer mais affirmer nos valeurs, organiser la RESISTANCE CULTURELLE

Twitter Facebook MySpace Digg


14 : 11 : 15

MEDIA-TERRORISME ET SILENCE DE RESISTANCE


MEDIA-TERRORISME ET SILENCE DE RESISTANCE

J’avais mis en avant dans le journal Le Monde en 2004, lors des attentats à Madrid, la notion de « média-terrorisme », c’est-à-dire le fait que les terroristes, depuis le World Trade Center, scénarisent désormais leurs actions et l’usage de l’horreur. Ils conçoivent des événements simultanés et successifs sur des cibles symboliques comme dans une fiction.

Aujourd’hui, 13 novembre 2015 dans la nuit, j’apprends ce qui s’est passé dans ce quartier du 10e arrondissement où j’ai habité pendant 25 ans. Mon fils a travaillé au restaurant Le Cambodge, qui a ouvert le Petit Cambodge en face du café Le Carillon... Comment ne pas être saisi par l’horreur. Comment s’autoriser même à réfléchir dans l’élan naturel de compassion et de solidarité. Comment penser au-delà dans ces premiers instants.

Et pourtant. Et pourtant il va bien falloir mener une réflexion de fond sur l’instrumentalisation de l’horreur, qui est une victoire indéniable des terroristes dans un kidnapping de l’actualité. Il va falloir réagir, réagir probablement par la contention médiatique, par un SILENCE DE RESISTANCE. Dire les faits et les mesures mais fermer les antennes à ces programmes en continu qui sont exactement ce qu’attendent les terroristes jouant en réel un mauvais polar.

Le World Trade Center avait des allures de film de science-fiction avec des caméras de surveillance. Les événements actuels propagent des paroles trash sur une absence d’images, un discours de l’horreur propre à mobiliser nos imaginaires. Tout cela se fait dans un contexte très particulier. Pour la course à l'audience, la Gore Attitude a gagné partout sur les écrans : pas de fiction sans meurtre, pas d'info sans mort. Quelle époque étrange, comme si l'absence de guerre directe ici provoquait des simulations d'états de guerre.

Cela se répétera. Il va donc falloir apprendre à informer autrement d'une part et décriminaliser les fictions d'autre part. Informer sans tomber dans le compassionnel. Vaincre la prise à la gorge de l'actualité par les terroristes en limitant volontairement l'impact médiatique. Donner des faits mais sans déborder, sans faire des directs pendant des heures où il n'y a pas ou très peu d'informations nouvelles. Donc sans faire la publicité de facto pour ces êtres médiocres embrigadés se jouant le film.

Le terrorisme est une forme de virus. Il est très pervers. Dans le passé, le mouvement anarchiste --qui était pourtant un mouvement généreux pour la liberté et la solidarité, inventant par exemple mutualisme ou coopératives-- a pâti très gravement des attentats terroristes. Il est devenu synonyme non seulement de foutoir (« c’est l’anarchie ! ») mais de crimes (l’anarchiste poseur de bombes ou assassinant les puissants). Ce fut une erreur stratégique et éthique totale, discréditant le mot « anarchie » lui-même. Dans les années 1970, quand les gauchistes allemands ou italiens pratiquèrent la violence, Guy Debord écrivit avec Gianfranco Sanguinetti pour expliquer que le terrorisme ne pouvait faire que le jeu d'une répression toujours plus forte.

A cet égard, nous sommes devant des responsabilités graves aujourd'hui. Pouvoir politique et médias doivent réfléchir urgemment à leurs buts et leur fonctionnement. Car la pente est dangereuse : les terroristes font de l'audience et de la part de marché, ils vendent du papier. Du point de vue politique, sans tomber dans un complotisme maladif que j'exècre, constatons que, comme dans la guerre froide où les deux camps se sont merveilleusement accommodés de la mobilisation totale contre l'ennemi total, les terroristes-stars des médias arrangent les pouvoirs politiques et économiques. Ils soudent les populations et gomment les problèmes.
Le défi terroriste est donc aussi un défi de liberté d'expression et un défi de fonctionnement démocratique.

La tâche n'est pas facile, mais nos dirigeants doivent alors tenir les deux bouts du front nécessaire contre cette violence instrumentalisée : des mesures de sécurité publique indispensables et résolues, avec l'affirmation sans cesse renouvelée de la défense des libertés (qui fait contre-modèle : ne rien céder à ce que nous rejetons). Il faut, tout en luttant collectivement contre ce cancer intérieur dans un pays fracturé où des banlieues et des campagnes se sentent reléguées, ghettoïsées, éviter la policiarisation du monde en images et dans des sociétés du contrôle et de la norme. Voilà pourquoi d'ailleurs le temps d'une grande action pédagogique de long terme sur l'éducation aux images à tout âge est un impératif civique. Face au maëlström de nos écrans, apprendre à voir devient aussi important qu'apprendre à lire.

Bref, combattre résolument, réfléchir aux usages médiatiques tout en défendant les libertés et faire une oeuvre éducative durable à la hauteur de la transformation de civilisation qui est la nôtre.

Twitter Facebook MySpace Digg


11 : 11 : 15

POUR UNE CITE DE L'ECOLOGIE - RENE DUMONT

Pour une Cité de l’écologie – René Dumont

Beaucoup l’ignorent : le mot « écologie » a été inventé en 1866 par le savant allemand Ernst Haeckel. Cette notion, qui concerne les rapports des humains avec leur environnement, fut jusqu’en 1970 essentiellement une notion scientifique. Elle concerne désormais tous les domaines : de vie quotidienne, culturel, politique, économique, philosophique… Mais, à l’heure de la COP21, ce grand chantier du devenir collectif humain sur notre planète manque singulièrement de lieux d’échanges et de diffusion des savoirs (pour trop apparaître dans l’actualité sous des aspects dérisoires peu dignes des grands enjeux collectifs).

Le constat : un basculement s’opère

René Dumont fut en 1974 le premier candidat écologiste au monde à une élection présidentielle. Sa campagne --menée sur une péniche, se déplaçant à bicyclette et montrant un verre d’eau comme une valeur précieuse à la télévision-- fut prémonitoire. Il ne recueillit que 1,32% des votes. Aujourd’hui, alors que les périls climatiques sont mis en avant, que les pollutions de l’air, de l’eau, de la terre et les dérives de la nourriture industrielle touchent tout le monde et notamment les plus pauvres, ses messages deviennent d’une grande actualité.

Ils deviennent d’une grande actualité aussi parce que René Dumont est un savant, un agronome, c’est-à-dire quelqu’un qui a eu une pratique expérimentale et critique, sillonnant tous les continents. René Dumont est ainsi fort loin d’une vision arrêtée, idéologique, sectaire de l’écologie. Passionné, il a évolué, prônant d’abord une agriculture intensive pour « nourrir la planète » après la Deuxième Guerre mondiale. Puis, il a compris que la destruction de l’environnement, détruisait d’abord les habitants. Il a vu les conséquences sur le terrain : l’enjeu en effet est non seulement la biodiversité mais aussi la culturodiversité (la destruction très violente et rapide des modes de vie traditionnels pour un consumérisme aveugle et addictif) et bien sûr tout simplement la santé des populations.

Heureusement, une prise de conscience générale émerge aujourd’hui, qui dépasse les clivages politiques ou philosophiques et confessionnels. Elle émerge avec la compréhension progressive que seule la voie des savants est viable : une approche sans à priori, pragmatique, expérimentale et critique. Mais où ces savants, avec les politiques, les acteurs de terrain, les artistes, les entreprises, peuvent-ils se retrouver pour échanger et débattre de telles questions centrales pour notre quotidien et notre futur ? Où un travail de diffusion des savoirs, de pédagogie, d’interaction avec les jeunes et tous les moteurs de notre vivre-en-commun peut-il s’opérer ? Faut-il juste des événements ponctuels comme la COP21 pour faire émerger cela momentanément ?

La nécessité d’un lieu d’échanges, de pédagogie et de diffusion culturelle

La France a joué un rôle important dans la prise de conscience écologique avec des pionniers comme Dumont, Dubos, Charbonneau, Gorz, Ellul, Carlier, Fournier, Reiser, Cabu ou André Louis pour l’agriculture biologique… N’est-il pas temps de créer un lieu d’échanges pérenne, qui perpétue la mémoire de ces pionniers autour du personnage symbolique de René Dumont, en l’inscrivant dans tous les débats du jour ?

Peu le savent, là encore, mais à AgroParisTech (l’école de René Dumont) existe le premier musée international sur l’écologie et le développement durable : le Musée du Vivant (www.museeduvivant.fr). A travers de vastes collections (des herbiers à 600 dessins de Cabu, d’un fonds d’affiches depuis le XIXe siècle aux œuvres de Cueco ou Speedy Graphito…), il traite des rapports des humains avec leur environnement depuis la Préhistoire en diffusant largement ses expositions avec la Ligue de l’Enseignement. Ces ressources exceptionnelles sont une chance à valoriser pour notre pays.

Nous demandons donc qu’un lieu de débats, d’informations, de diffusion pédagogique et culturelle, soit mis en place. L’écologie --au sens large des rapports des humains avec leur environnement—est un sujet crucial qui doit rassembler les points de vue et permettre des échanges. Il doit le faire avec la diffusion du dernier état des savoirs et en associant largement les entreprises, les acteurs de terrain, le monde culturel et associatif. Ce sera de plus une source de rayonnement international indéniable. Après la COP21, créons donc rapidement un lieu pérenne, une Cité de l’écologie – René Dumont !

Pour tous renseignements et soutiens : Marc Dufumier (Président de la Fondation René Dumont), Laurent Gervereau (Vice-Président de la Fondation René Dumont). Page facebook : http://www.facebook.com/citeecologie. Contact sur : www.gervereau.com

Twitter Facebook MySpace Digg


12 : 09 : 15

AYLAN: IMAGE PREUVE OU IMAGE INSTRUMENTALISEE

Concernant la fameuse photo d'Aylan Kurdi, ses implications et son antériorité, lisez www.decryptimages.net :

AYLAN : IMAGE PREUVE OU IMAGE INSTRUMENTALISEE

Twitter Facebook MySpace Digg


02 : 09 : 15

Be MULTI !

Je vais vous raconter une histoire bizarre qui ne cesse de m'amuser.

Au début du XXIe siècle, j'ai fait l'erreur stratégique de rester dans le pays qui m'a vu naître : la France. Par attachement et paresse sûrement. J'ai eu tort. En effet, ce pays a connu alors un temps de forte constipation, de vieillissement généralisé, comme si tout ne devait être que nostalgie tandis que les actifs sont déconnectés : la "rétro attitude". Symptôme : ce pays oligarchique à ascenseur social bloqué sacralise de vieux penseurs sclérosés qui ne veulent pas dételer, laissant le terrain libre aux râleurs réactionnaires rances. Et les dirigeants ont accumulé mensonges et incurie. Lionel Jospin n'avait pas tous les mérites mais sa défaite surprise (par trop d'orgueil) a en effet correspondu à des temps de pouvoirs catastrophiques : un Chirac tétanisé, un Sarkozy velléitaire et mafieux, un Hollande technocrate aux idées des années 1980... Bref, pas étonnant mais pas brillant.

Comme d'autres, j'ai dû entrer dans la résistance et la clandestinité, défendant toujours ce que j'estime être la qualité scientifique et de création ("Résistance des savoirs" avec notamment l'émission [decryptcult]). Un principe : ne jamais rien céder à la médiocrité ambiante et à la veulerie --qui salissent ; ne jamais se résoudre à l'absurde et à l'inacceptable.

Cela se fait avec des réseaux souterrains. J'ai poussé l'exercice jusqu'à l'aspect le plus minimal. En inventant, depuis mon atelier en sud-Corrèze à Hautefage, les Rencontres-Promenades "Histoires de passages..." J'y ai développé quelques principes qui me sont chers et ce fut très sympathique, sans chercher à communiquer hors du niveau local.

Mais ne vlati pas que le 7 août le magazine national Marianne fait un dossier en "une" sur le réveil des villages de France. Et qu'Argentat sur Dordogne est l'exemple de base avec 6 pages (et la repro de l'affiche de Cabu pour les Rencontres-Promenades). Le microscopique devient le signifiant car la qualité est là, la liberté, la mobilité. Chacune et chacun, partout, devient le centre du monde, le centre du "faire" possible dans les sociétés des spectateurs-acteurs. Inversion : les campagnes perdues innovantes inspirent les micro-quartiers des villes à totalement repenser.

C'est ce qu'exprime ce petit logo des multiterriennes et des multiterriens (les "MULTI"), qui défendent biodiversité et culturodiversité, le local-global et le rétrofuturo sur une planète occupée depuis l'origine de mutations et de migrations. Bref, plein de notions que je promeus depuis des années et qui émergent aujourd'hui. Un singulier-pluriel, du micro-macro montrant que nulle part est partout. Cela fait plaisir. Il a fallu que j'aille dans mon Guernesey pour que se confirment mes pressentiments... J'y suis bien.

BE MULTI !

Twitter Facebook MySpace Digg


25 : 08 : 15

Sidérations

Je suis au chaud. Lisant cet être hésitant qu'est Bakounine.  Fortement imparfait et critiquable. Mais aux pressentiments forts : fédéralisme planétaire, désuétude des Etats et dangerosité des nationalismes. Ici, j'exècre les médias obsolètes et gangrénés, les propagandes pitoyables : crises et terrorisme pour faire peur (la Gore Attitude et le Thriller perpétuel). Pendant ce temps, des puissances oligarchiques infectes et des money makers criminels toujours plus riches...

Il est temps de raison savoir. Mon paysage m'apprend. Je suis là où je vis, où je vois. Humaine-Terrienne ou Terrien en découverte.

Merci à "Histoires de passages...".


Twitter Facebook MySpace Digg


15 : 07 : 15

LE COULOBRE EST SORTI DE LA DORDOGNE ! !

LE COULOBRE EST SORTI DE LA DORDOGNE !

Un monstre serpent-dragon est sorti des eaux à Argentat. Le sculpteur Diadji Diop, aidé par beaucoup d'habitants, en est un peu fautif... L'animal mythique annonce les Rencontres-Promenades "Histoires de passages..." (16 au 19 juillet : www.histoiresdepassages.com). Il y aura celles et ceux qui auront vécu ces moments privilégiés ... et les autres !

Twitter Facebook MySpace Digg


21 : 06 : 15

Rencontres-Promenades

Il ne s'agit pas d'un festival, vous savez ces lieux prétextes où quelques snobinards viennent goûter l'été à la couleur locale. Il s'agit de Rencontres-Promenades. Rencontres entre des personnes du pays d'Argentat sur Dordogne et d'ailleurs (tous les invités logent chez des particuliers), rencontres entres les âges et les goûts, rencontres de curiosités bien placées réciproques. Et des promenades où on découvre ce pays magnifique de sud-Corrèze avec ses forêts et ses rivières, ses barrages, son architecture et surtout ses habitants à l'esprit vif, à l'humour décapant, qui aiment là où ils habitent.

Respect mutuel et sens de la découverte irriguent cette manifestation. Je suis infiniment heureux d'avoir pu organiser cela en moins d'un an. C'est grâce à France Chastaingt et Muriel Paucard qui, sur place, ont su remuer les montagnes avec ténacité. C'est grâce à l'appui des élus (avec Jean-Claude Leygnac en tête, le maire d'Argentat) et des acteurs de terrain (les Sièges d'Argentat, les Jardins Sothys, les Ruchers de la Maronne, la scierie Duclaux, la pâtisserie de Saint Privat ou la ferme bio de Merle...). et puis bien sûr tous les invités venant de France et de l'étranger, qui m'ont fait confiance, Diadji Diop en premier. Il nous construit un Coulobre (serpent-monstre mythique de la Dordogne) géant sur le vieux pont d'Argentat et a pensé un meuble élaboré et présenté aux Sièges d'Argentat. Mon complice de longue date, Eric Mouton, a une fois de plus assuré bénévolement la qualité graphique pour le site Internet et les affiches. Sylvain Golvet assure la couverture vidéo.

Une conjugaison de générosités donc pour cette manifestation où tout est gratuit et tout le monde bénévole. Cabu a donné le ton, lui qui avait généreusement créé l'image (sa dernière affiche) de ces Rencontres-Promenades pour aider l'association et lancer la manifestation. Il n'y a pas de jour où je ne pense à lui.

A n'en pas douter, voilà un moment collectif qui restera dans nos mémoires, avec des échanges et des complicités actives, là, sur le terrain, où chacune et chacun peut transformer la vie pour que le quotidien soit inventif, novateur, tout en défendant des points forts locaux (le rétrofuturo).

Le Conseil général fait un affichage dans tout le département. L'aventure commence et la convivialité sera la récompense de toutes et de tous.

Pour tout savoir : www.histoiresdepassages.com

Twitter Facebook MySpace Digg


04 : 06 : 15

Repenser l'enseignement et les contenus de l'Histoire au XXIe siècle

ENSEIGNER UNE HISTOIRE STRATIFIEE ET VISUELLE

Les débats actuels sur les programmes d’Histoire au collège en France se focalisent sur deux façons passéistes de travailler sur le sujet : pour schématiser, une Histoire de « droite » chronologique et cultivant le fameux « roman national » né au XIXe siècle contre une Histoire de « gauche » privilégiant l’aspect thématique et les fractures sociales ou coloniales. L’une accusant l’autre de flagellation et de confusion, l’autre dénonçant la première comme étant totalement idéologique et déconnectée des réalités d’aujourd’hui et de la vérité des faits (cultivant des mythes). Nous comprenons combien tout cela aboutit à une impasse et conforte la provincialisation des historiens français qui sont –à quelques exceptions près—passés à côté des grandes évolutions nécessaires

.
Parler d’ici et d’ailleurs

Quelles sont-elles, ces évolutions ? Il faut d’abord réfléchir à la profonde transformation des récepteurs, des publics. A l’heure où tout s’accumule sur les écrans de façon indifférenciée, des repères sont nécessaires. Ils sont temporels, d’où l’impérieuse nécessité de la chronologie. Mais ils sont géographiques aussi. Quand on a dans une classe des enfants ayant souvent des rapports avec les 5 continents, peut-on s’en tenir à une Histoire nationale, qui n’est qu’une partie de l’Histoire du territoire ? A l’inverse, si on habite Limoges, n’est-il pas légitime de savoir quelle est l’Histoire longue du lieu où on habite, n’est-ce pas là la première nécessité pour le vivre en commun ?

Nous comprenons donc qu’il devient impossible au XXIe siècle d’éviter une « Histoire stratifiée ». Mot barbare d’intello dira-t-on ? Rien de plus simple en fait : tu habites ici et voilà l’histoire de là où tu habites ; tu es dans un pays qui est la France, et voilà comment ce pays s’est construit à travers le temps sur le territoire hexagonal et outremer ; tu es sur un continent qui s’appelle l’Europe et je t’explique l’histoire de ce continent et les rapports de ce continent avec les autres depuis l’apparition d’homo sapiens en Afrique.

Nous devons avoir ainsi une méthode locale-globale : comment en effet évacuer l’Histoire locale à l’heure où il faut fédérer les mémoires ? Comment omettre l’Histoire globale (chère à Sanjay Subrahmanyam) quand nous vivons dans un univers de représentations mondialisées ?

La remise en valeur des méthodes et de la science historique (enquête problématisée sur des documents de tous type) doit nous faire sortir des errements liés au culte de la « mémoire » (qui reste elle-même une source à interroger pour l’historien). Ils nous ont conduits en effet à de nombreuses dérives : usages politiques confondant Histoire et commémoration, concurrence mémorielle menant directement vers l’affrontement des communautés. L’Histoire fédère, la mémoire, si elle remplace l’Histoire, peut conduire à la guerre civile. Désormais, nous avons « besoin d’Histoire ».

Voilà pour le cadre sur lequel des programmes d’enseignement à tout âge devraient s’appuyer. Mais qu’en est-il des méthodes et des sources ? Est-il intellectuellement cohérent, alors que les enfants et les adultes passent leur temps devant les écrans, d’enseigner une Histoire où les images ne seraient que des outils instrumentalisés par un savoir fondé sur les textes ?

Le visuel : outil pour enseigner et sujet d’enseignement

Que le multimedia soit utilisé comme outil d’enseignement, personne ne le conteste plus. Pourtant, alors que les élèves vont dans des expositions, regardent des films, pratiquent le dessin ou la photographie, est-il admissible que le système scolaire (comme pour les adultes à tout âge) ne leur donne pas des repères en ce qui concerne les grandes étapes de la production visuelle humaine ? Cet enseignement devrait prendre en compte alors les développements géographiques et l’apparition des différentes techniques, des différents supports d’images. C’est simple et fondamental.

Cela se lie facilement à l’Histoire traditionnelle, car chacune et chacun comprendra que les conquêtes d’Alexandre le Grand ont des incidences directes sur la circulation des représentations, les influences réciproques et les confrontations. Le « trésor de Begram » en actuel Afghanistan, où ont été retrouvé des objets de la civilisation de l’Indus, de la Grèce antique et de la Chine ancienne, est éclairant à cet égard : circulations, influences, échanges.

Il importe donc de sortir d’une conception de l’Histoire où l’image reste juste un accessoire attrayant. Faisant personnellement partie à la Direction des musées de France du comité fondateur des développements multimedia « L’Histoire par l’image », destinés à rapprocher les collections des musées des enseignants, je me suis élevé contre le projet initial. Il était en effet purement « illustratif », c’est-à-dire que cela consistait à choisir dans les collections des musées ce qui pouvait « illustrer » les cours. Heureusement, des analyses d’images ont été introduites. Et elles se sont généralisées dans les enseignements.

Il est temps de passer logiquement au stade supérieur. Sortir d’une vision « confetti » de cet enseignement. C’est ce qui en effet peut être reproché à des initiatives sympathiques d’initiation comme l’émission « D’art d’art ». On ajoute malheureusement alors de la confusion à la confusion, car il n’existe aucun lien entre les oeuvres successives qui sont présentées. C’est ainsi une forme de négation de l’histoire de l’art.

Au contraire donc, il importe prioritairement aujourd’hui de lier l’enseignement de l’Histoire à l’enseignement de l’histoire générale du visuel. Il faut que chacune et chacun comprenne de cette manière comment tout cela est lié dans la chronologie, dans la géographie, et dans les usages (l’usage d’une toile peinte à une époque n’est pas son usage actuel ni sa vision sur écran ou sur carte postale).

Il est temps alors de cesser de tergiverser sur les termes pour des raisons qui sont plus d’intérêt corporatiste que théorique : la gesticulation entre « l’art », « les arts », « le visuel ». Disons-le, la notion d’art est une notion inventée en Europe qui a essaimé sur la planète. L’appliquer à des productions formelles et visuelles créées sur d’autres continents dans un contexte totalement différent (ou en Europe avant la Renaissance) passe pour un mépris post-colonial inadmissible. Seule la notion de « visuel » est donc indiscutable scientifiquement. Elle prend en compte évidemment les spécificités de « l’art » et des « arts » et leurs développements planétaires au XXe siècle avec la multiplication industrielle des images et leur circulation exponentielle.

Sur cette base, l’enseignement de l’Histoire stratifiée, telle qu’elle a été définie, se fera en même temps et grâce souvent à un enseignement en histoire du visuel, à la fois outil et sujet d’étude. Voilà donc, rapidement esquissées, des pistes pour qu’un vrai débat s’ouvre sur les enjeux réels. Souhaitons que cet article ait un effet heuristique à cet égard.

Laurent Gervereau
Président de l’Institut des Images

Twitter Facebook MySpace Digg


1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26