11 : 11 : 15

POUR UNE CITE DE L'ECOLOGIE - RENE DUMONT

Pour une Cité de l’écologie – René Dumont

Beaucoup l’ignorent : le mot « écologie » a été inventé en 1866 par le savant allemand Ernst Haeckel. Cette notion, qui concerne les rapports des humains avec leur environnement, fut jusqu’en 1970 essentiellement une notion scientifique. Elle concerne désormais tous les domaines : de vie quotidienne, culturel, politique, économique, philosophique… Mais, à l’heure de la COP21, ce grand chantier du devenir collectif humain sur notre planète manque singulièrement de lieux d’échanges et de diffusion des savoirs (pour trop apparaître dans l’actualité sous des aspects dérisoires peu dignes des grands enjeux collectifs).

Le constat : un basculement s’opère

René Dumont fut en 1974 le premier candidat écologiste au monde à une élection présidentielle. Sa campagne --menée sur une péniche, se déplaçant à bicyclette et montrant un verre d’eau comme une valeur précieuse à la télévision-- fut prémonitoire. Il ne recueillit que 1,32% des votes. Aujourd’hui, alors que les périls climatiques sont mis en avant, que les pollutions de l’air, de l’eau, de la terre et les dérives de la nourriture industrielle touchent tout le monde et notamment les plus pauvres, ses messages deviennent d’une grande actualité.

Ils deviennent d’une grande actualité aussi parce que René Dumont est un savant, un agronome, c’est-à-dire quelqu’un qui a eu une pratique expérimentale et critique, sillonnant tous les continents. René Dumont est ainsi fort loin d’une vision arrêtée, idéologique, sectaire de l’écologie. Passionné, il a évolué, prônant d’abord une agriculture intensive pour « nourrir la planète » après la Deuxième Guerre mondiale. Puis, il a compris que la destruction de l’environnement, détruisait d’abord les habitants. Il a vu les conséquences sur le terrain : l’enjeu en effet est non seulement la biodiversité mais aussi la culturodiversité (la destruction très violente et rapide des modes de vie traditionnels pour un consumérisme aveugle et addictif) et bien sûr tout simplement la santé des populations.

Heureusement, une prise de conscience générale émerge aujourd’hui, qui dépasse les clivages politiques ou philosophiques et confessionnels. Elle émerge avec la compréhension progressive que seule la voie des savants est viable : une approche sans à priori, pragmatique, expérimentale et critique. Mais où ces savants, avec les politiques, les acteurs de terrain, les artistes, les entreprises, peuvent-ils se retrouver pour échanger et débattre de telles questions centrales pour notre quotidien et notre futur ? Où un travail de diffusion des savoirs, de pédagogie, d’interaction avec les jeunes et tous les moteurs de notre vivre-en-commun peut-il s’opérer ? Faut-il juste des événements ponctuels comme la COP21 pour faire émerger cela momentanément ?

La nécessité d’un lieu d’échanges, de pédagogie et de diffusion culturelle

La France a joué un rôle important dans la prise de conscience écologique avec des pionniers comme Dumont, Dubos, Charbonneau, Gorz, Ellul, Carlier, Fournier, Reiser, Cabu ou André Louis pour l’agriculture biologique… N’est-il pas temps de créer un lieu d’échanges pérenne, qui perpétue la mémoire de ces pionniers autour du personnage symbolique de René Dumont, en l’inscrivant dans tous les débats du jour ?

Peu le savent, là encore, mais à AgroParisTech (l’école de René Dumont) existe le premier musée international sur l’écologie et le développement durable : le Musée du Vivant (www.museeduvivant.fr). A travers de vastes collections (des herbiers à 600 dessins de Cabu, d’un fonds d’affiches depuis le XIXe siècle aux œuvres de Cueco ou Speedy Graphito…), il traite des rapports des humains avec leur environnement depuis la Préhistoire en diffusant largement ses expositions avec la Ligue de l’Enseignement. Ces ressources exceptionnelles sont une chance à valoriser pour notre pays.

Nous demandons donc qu’un lieu de débats, d’informations, de diffusion pédagogique et culturelle, soit mis en place. L’écologie --au sens large des rapports des humains avec leur environnement—est un sujet crucial qui doit rassembler les points de vue et permettre des échanges. Il doit le faire avec la diffusion du dernier état des savoirs et en associant largement les entreprises, les acteurs de terrain, le monde culturel et associatif. Ce sera de plus une source de rayonnement international indéniable. Après la COP21, créons donc rapidement un lieu pérenne, une Cité de l’écologie – René Dumont !

Pour tous renseignements et soutiens : Marc Dufumier (Président de la Fondation René Dumont), Laurent Gervereau (Vice-Président de la Fondation René Dumont). Page facebook : http://www.facebook.com/citeecologie. Contact sur : www.gervereau.com

Twitter Facebook MySpace Digg


12 : 09 : 15

AYLAN: IMAGE PREUVE OU IMAGE INSTRUMENTALISEE

Concernant la fameuse photo d'Aylan Kurdi, ses implications et son antériorité, lisez www.decryptimages.net :

AYLAN : IMAGE PREUVE OU IMAGE INSTRUMENTALISEE

Twitter Facebook MySpace Digg


02 : 09 : 15

Be MULTI !

Je vais vous raconter une histoire bizarre qui ne cesse de m'amuser.

Au début du XXIe siècle, j'ai fait l'erreur stratégique de rester dans le pays qui m'a vu naître : la France. Par attachement et paresse sûrement. J'ai eu tort. En effet, ce pays a connu alors un temps de forte constipation, de vieillissement généralisé, comme si tout ne devait être que nostalgie tandis que les actifs sont déconnectés : la "rétro attitude". Symptôme : ce pays oligarchique à ascenseur social bloqué sacralise de vieux penseurs sclérosés qui ne veulent pas dételer, laissant le terrain libre aux râleurs réactionnaires rances. Et les dirigeants ont accumulé mensonges et incurie. Lionel Jospin n'avait pas tous les mérites mais sa défaite surprise (par trop d'orgueil) a en effet correspondu à des temps de pouvoirs catastrophiques : un Chirac tétanisé, un Sarkozy velléitaire et mafieux, un Hollande technocrate aux idées des années 1980... Bref, pas étonnant mais pas brillant.

Comme d'autres, j'ai dû entrer dans la résistance et la clandestinité, défendant toujours ce que j'estime être la qualité scientifique et de création ("Résistance des savoirs" avec notamment l'émission [decryptcult]). Un principe : ne jamais rien céder à la médiocrité ambiante et à la veulerie --qui salissent ; ne jamais se résoudre à l'absurde et à l'inacceptable.

Cela se fait avec des réseaux souterrains. J'ai poussé l'exercice jusqu'à l'aspect le plus minimal. En inventant, depuis mon atelier en sud-Corrèze à Hautefage, les Rencontres-Promenades "Histoires de passages..." J'y ai développé quelques principes qui me sont chers et ce fut très sympathique, sans chercher à communiquer hors du niveau local.

Mais ne vlati pas que le 7 août le magazine national Marianne fait un dossier en "une" sur le réveil des villages de France. Et qu'Argentat sur Dordogne est l'exemple de base avec 6 pages (et la repro de l'affiche de Cabu pour les Rencontres-Promenades). Le microscopique devient le signifiant car la qualité est là, la liberté, la mobilité. Chacune et chacun, partout, devient le centre du monde, le centre du "faire" possible dans les sociétés des spectateurs-acteurs. Inversion : les campagnes perdues innovantes inspirent les micro-quartiers des villes à totalement repenser.

C'est ce qu'exprime ce petit logo des multiterriennes et des multiterriens (les "MULTI"), qui défendent biodiversité et culturodiversité, le local-global et le rétrofuturo sur une planète occupée depuis l'origine de mutations et de migrations. Bref, plein de notions que je promeus depuis des années et qui émergent aujourd'hui. Un singulier-pluriel, du micro-macro montrant que nulle part est partout. Cela fait plaisir. Il a fallu que j'aille dans mon Guernesey pour que se confirment mes pressentiments... J'y suis bien.

BE MULTI !

Twitter Facebook MySpace Digg


25 : 08 : 15

Sidérations

Je suis au chaud. Lisant cet être hésitant qu'est Bakounine.  Fortement imparfait et critiquable. Mais aux pressentiments forts : fédéralisme planétaire, désuétude des Etats et dangerosité des nationalismes. Ici, j'exècre les médias obsolètes et gangrénés, les propagandes pitoyables : crises et terrorisme pour faire peur (la Gore Attitude et le Thriller perpétuel). Pendant ce temps, des puissances oligarchiques infectes et des money makers criminels toujours plus riches...

Il est temps de raison savoir. Mon paysage m'apprend. Je suis là où je vis, où je vois. Humaine-Terrienne ou Terrien en découverte.

Merci à "Histoires de passages...".


Twitter Facebook MySpace Digg


15 : 07 : 15

LE COULOBRE EST SORTI DE LA DORDOGNE ! !

LE COULOBRE EST SORTI DE LA DORDOGNE !

Un monstre serpent-dragon est sorti des eaux à Argentat. Le sculpteur Diadji Diop, aidé par beaucoup d'habitants, en est un peu fautif... L'animal mythique annonce les Rencontres-Promenades "Histoires de passages..." (16 au 19 juillet : www.histoiresdepassages.com). Il y aura celles et ceux qui auront vécu ces moments privilégiés ... et les autres !

Twitter Facebook MySpace Digg


21 : 06 : 15

Rencontres-Promenades

Il ne s'agit pas d'un festival, vous savez ces lieux prétextes où quelques snobinards viennent goûter l'été à la couleur locale. Il s'agit de Rencontres-Promenades. Rencontres entre des personnes du pays d'Argentat sur Dordogne et d'ailleurs (tous les invités logent chez des particuliers), rencontres entres les âges et les goûts, rencontres de curiosités bien placées réciproques. Et des promenades où on découvre ce pays magnifique de sud-Corrèze avec ses forêts et ses rivières, ses barrages, son architecture et surtout ses habitants à l'esprit vif, à l'humour décapant, qui aiment là où ils habitent.

Respect mutuel et sens de la découverte irriguent cette manifestation. Je suis infiniment heureux d'avoir pu organiser cela en moins d'un an. C'est grâce à France Chastaingt et Muriel Paucard qui, sur place, ont su remuer les montagnes avec ténacité. C'est grâce à l'appui des élus (avec Jean-Claude Leygnac en tête, le maire d'Argentat) et des acteurs de terrain (les Sièges d'Argentat, les Jardins Sothys, les Ruchers de la Maronne, la scierie Duclaux, la pâtisserie de Saint Privat ou la ferme bio de Merle...). et puis bien sûr tous les invités venant de France et de l'étranger, qui m'ont fait confiance, Diadji Diop en premier. Il nous construit un Coulobre (serpent-monstre mythique de la Dordogne) géant sur le vieux pont d'Argentat et a pensé un meuble élaboré et présenté aux Sièges d'Argentat. Mon complice de longue date, Eric Mouton, a une fois de plus assuré bénévolement la qualité graphique pour le site Internet et les affiches. Sylvain Golvet assure la couverture vidéo.

Une conjugaison de générosités donc pour cette manifestation où tout est gratuit et tout le monde bénévole. Cabu a donné le ton, lui qui avait généreusement créé l'image (sa dernière affiche) de ces Rencontres-Promenades pour aider l'association et lancer la manifestation. Il n'y a pas de jour où je ne pense à lui.

A n'en pas douter, voilà un moment collectif qui restera dans nos mémoires, avec des échanges et des complicités actives, là, sur le terrain, où chacune et chacun peut transformer la vie pour que le quotidien soit inventif, novateur, tout en défendant des points forts locaux (le rétrofuturo).

Le Conseil général fait un affichage dans tout le département. L'aventure commence et la convivialité sera la récompense de toutes et de tous.

Pour tout savoir : www.histoiresdepassages.com

Twitter Facebook MySpace Digg


04 : 06 : 15

Repenser l'enseignement et les contenus de l'Histoire au XXIe siècle

ENSEIGNER UNE HISTOIRE STRATIFIEE ET VISUELLE

Les débats actuels sur les programmes d’Histoire au collège en France se focalisent sur deux façons passéistes de travailler sur le sujet : pour schématiser, une Histoire de « droite » chronologique et cultivant le fameux « roman national » né au XIXe siècle contre une Histoire de « gauche » privilégiant l’aspect thématique et les fractures sociales ou coloniales. L’une accusant l’autre de flagellation et de confusion, l’autre dénonçant la première comme étant totalement idéologique et déconnectée des réalités d’aujourd’hui et de la vérité des faits (cultivant des mythes). Nous comprenons combien tout cela aboutit à une impasse et conforte la provincialisation des historiens français qui sont –à quelques exceptions près—passés à côté des grandes évolutions nécessaires

.
Parler d’ici et d’ailleurs

Quelles sont-elles, ces évolutions ? Il faut d’abord réfléchir à la profonde transformation des récepteurs, des publics. A l’heure où tout s’accumule sur les écrans de façon indifférenciée, des repères sont nécessaires. Ils sont temporels, d’où l’impérieuse nécessité de la chronologie. Mais ils sont géographiques aussi. Quand on a dans une classe des enfants ayant souvent des rapports avec les 5 continents, peut-on s’en tenir à une Histoire nationale, qui n’est qu’une partie de l’Histoire du territoire ? A l’inverse, si on habite Limoges, n’est-il pas légitime de savoir quelle est l’Histoire longue du lieu où on habite, n’est-ce pas là la première nécessité pour le vivre en commun ?

Nous comprenons donc qu’il devient impossible au XXIe siècle d’éviter une « Histoire stratifiée ». Mot barbare d’intello dira-t-on ? Rien de plus simple en fait : tu habites ici et voilà l’histoire de là où tu habites ; tu es dans un pays qui est la France, et voilà comment ce pays s’est construit à travers le temps sur le territoire hexagonal et outremer ; tu es sur un continent qui s’appelle l’Europe et je t’explique l’histoire de ce continent et les rapports de ce continent avec les autres depuis l’apparition d’homo sapiens en Afrique.

Nous devons avoir ainsi une méthode locale-globale : comment en effet évacuer l’Histoire locale à l’heure où il faut fédérer les mémoires ? Comment omettre l’Histoire globale (chère à Sanjay Subrahmanyam) quand nous vivons dans un univers de représentations mondialisées ?

La remise en valeur des méthodes et de la science historique (enquête problématisée sur des documents de tous type) doit nous faire sortir des errements liés au culte de la « mémoire » (qui reste elle-même une source à interroger pour l’historien). Ils nous ont conduits en effet à de nombreuses dérives : usages politiques confondant Histoire et commémoration, concurrence mémorielle menant directement vers l’affrontement des communautés. L’Histoire fédère, la mémoire, si elle remplace l’Histoire, peut conduire à la guerre civile. Désormais, nous avons « besoin d’Histoire ».

Voilà pour le cadre sur lequel des programmes d’enseignement à tout âge devraient s’appuyer. Mais qu’en est-il des méthodes et des sources ? Est-il intellectuellement cohérent, alors que les enfants et les adultes passent leur temps devant les écrans, d’enseigner une Histoire où les images ne seraient que des outils instrumentalisés par un savoir fondé sur les textes ?

Le visuel : outil pour enseigner et sujet d’enseignement

Que le multimedia soit utilisé comme outil d’enseignement, personne ne le conteste plus. Pourtant, alors que les élèves vont dans des expositions, regardent des films, pratiquent le dessin ou la photographie, est-il admissible que le système scolaire (comme pour les adultes à tout âge) ne leur donne pas des repères en ce qui concerne les grandes étapes de la production visuelle humaine ? Cet enseignement devrait prendre en compte alors les développements géographiques et l’apparition des différentes techniques, des différents supports d’images. C’est simple et fondamental.

Cela se lie facilement à l’Histoire traditionnelle, car chacune et chacun comprendra que les conquêtes d’Alexandre le Grand ont des incidences directes sur la circulation des représentations, les influences réciproques et les confrontations. Le « trésor de Begram » en actuel Afghanistan, où ont été retrouvé des objets de la civilisation de l’Indus, de la Grèce antique et de la Chine ancienne, est éclairant à cet égard : circulations, influences, échanges.

Il importe donc de sortir d’une conception de l’Histoire où l’image reste juste un accessoire attrayant. Faisant personnellement partie à la Direction des musées de France du comité fondateur des développements multimedia « L’Histoire par l’image », destinés à rapprocher les collections des musées des enseignants, je me suis élevé contre le projet initial. Il était en effet purement « illustratif », c’est-à-dire que cela consistait à choisir dans les collections des musées ce qui pouvait « illustrer » les cours. Heureusement, des analyses d’images ont été introduites. Et elles se sont généralisées dans les enseignements.

Il est temps de passer logiquement au stade supérieur. Sortir d’une vision « confetti » de cet enseignement. C’est ce qui en effet peut être reproché à des initiatives sympathiques d’initiation comme l’émission « D’art d’art ». On ajoute malheureusement alors de la confusion à la confusion, car il n’existe aucun lien entre les oeuvres successives qui sont présentées. C’est ainsi une forme de négation de l’histoire de l’art.

Au contraire donc, il importe prioritairement aujourd’hui de lier l’enseignement de l’Histoire à l’enseignement de l’histoire générale du visuel. Il faut que chacune et chacun comprenne de cette manière comment tout cela est lié dans la chronologie, dans la géographie, et dans les usages (l’usage d’une toile peinte à une époque n’est pas son usage actuel ni sa vision sur écran ou sur carte postale).

Il est temps alors de cesser de tergiverser sur les termes pour des raisons qui sont plus d’intérêt corporatiste que théorique : la gesticulation entre « l’art », « les arts », « le visuel ». Disons-le, la notion d’art est une notion inventée en Europe qui a essaimé sur la planète. L’appliquer à des productions formelles et visuelles créées sur d’autres continents dans un contexte totalement différent (ou en Europe avant la Renaissance) passe pour un mépris post-colonial inadmissible. Seule la notion de « visuel » est donc indiscutable scientifiquement. Elle prend en compte évidemment les spécificités de « l’art » et des « arts » et leurs développements planétaires au XXe siècle avec la multiplication industrielle des images et leur circulation exponentielle.

Sur cette base, l’enseignement de l’Histoire stratifiée, telle qu’elle a été définie, se fera en même temps et grâce souvent à un enseignement en histoire du visuel, à la fois outil et sujet d’étude. Voilà donc, rapidement esquissées, des pistes pour qu’un vrai débat s’ouvre sur les enjeux réels. Souhaitons que cet article ait un effet heuristique à cet égard.

Laurent Gervereau
Président de l’Institut des Images

Twitter Facebook MySpace Digg


30 : 05 : 15

Promenez-vous au Musée du Vivant !

Les festivités n'arrêtent pas ! Après le très sympathique chanteur libertaire montmartrois Gaston Couté dans sa rue, voilà le Musée du Vivant qui fait très fort cette année pour les Rendez-vous aux jardins des 5-6-7 juin. Au siège d'AgroParisTech (16 rue Claude Bernard 75005), la promenade au potager, verger, ruches sur les toits (inscrivez-vous), l'installation de fleurs solaires dans la bibliothèque (c'est poétique ! Aurélie Utzeri s'en est chargée comme du concert, comme de beaucoup de choses...), et puis aussi l'expo PAYSANS (agriculture et élevage dans le monde depuis le Néolithique) sur les murs de la rue Claude Bernard, et l'expo Wallis et Futuna !

Et puis ce n'est pas tout. Au château de Grignon (Thiverval près de Plaisir dans les Yvelines, RER Plaisir-Grignon), la magnifique expo Moreu. A ne pas rater ! Il y aura un événement avec la famille et les amis le samedi 6 juin à 16h. Moreu, résistant, fondateur de Vaillant puis Pif, illustrateur pour la jeunesse avec André François, peintre exposant avec Picasso ou Miro. Un artiste puissant à découvrir, qui n'a travaillé que sur les thèmes de nature, de jardins. Et quelqu'un qui a lutté depuis 1943 contre le terrible handicap d'une cécité partielle.

Vous pouvez acheter le livre sur agroparistech.fr,  bientôt sur museeduvivant.com, ou sur lulu.com. Un créateur important et très attachant.

Vous pourrez aussi voir l'arboretum dans le parc près du château et c'est la fête à la ferme expérimentale.

Belles promenades !...


Twitter Facebook MySpace Digg


23 : 05 : 15

A FAIRE SAVOIR ! CE SERA LA (ET NULLE PART AILLEURS !) !

A FAIRE SAVOIR ! CE SERA LA (ET NULLE PART AILLEURS !) !

Fête des voisins le vendredi 29 mai à partir de 19h rue Gaston Couté 75018, ouverte à toutes et tous ! A deux pas des vignes de Montmartre, on chantera du Gaston Couté dans sa rue ! Une fête pour le Rimbaud de la Butte, le libertaire marcheur de Meung-sur-Loire ! Faites savoir !

....et un habitant de la rue Gaston Couté, Laurent Gervereau, signera son dernier livre impertinent et indépendant : "Tu es plurofuturo ?" --déjà traduit en anglais, chinois et arabe-- en introduction à cette fête, à la Librairie McGriff's, 111 rue Caulaincourt (juste au pied de la rue Gaston Couté !) le 29 mai à 18h. POUR CETTE SIGNATURE, IL Y AURA DES LIVRES, DES MACARONS ET DU VIN !

Diffusez l'info ! POUR LA FETE QUI SUIT LA SIGNATURE, APPORTEZ VICTUAILLES ET BOISSONS ! QU'ON CELEBRE GASTON COUTE EN MUSIQUE SUR LA BUTTE ! ON SERA TOUTES ET TOUS COUTISTES !

Et ensorcelez la météo (mais on a tout prévu, même des solutions de repli...) !

Twitter Facebook MySpace Digg


15 : 05 : 15

brochure d'Elisée Reclus dédicacée à Max Nettlau

…et l’introspection rétrospective :

parti de rien,
je suis arrivé nulle part

« Toujours tenir fermement sa torche dans les ténèbres… »
L. G.

« Celui qui, parti de rien, n’est arrivé nulle part n’a de merci à dire à personne ! »
Pierre Dac, Les Pensées

Une question imbécile :

réussir sa vie ?

Quand vous avez échappé à un infarctus, tout est du bonus. C’est aussi le temps des bilans, d’autant plus dans notre période si confuse d’apparence. Si brutalement horrible aussi : assassiner Cabu…

Et des questions oiseuses surgissent, comme « réussir sa vie ?». Cela me semble, disons-le de prime abord, aussi con que parler du « bonheur » ou du « progrès », ces pièges à esprits crédules toujours et inévitablement désabusés.


Mais l’interrogation taraude. Elle est une plaie persistante, difficile à cautériser. Alors, ai-je « réussi ma vie » ? Vidons donc publiquement l’abcès dans un exercice impudique qui me coûte mais s’impose à moi maintenant, à la fois dérisoire parce que circonstanciel et signifiant d’enjeux généraux.

Oui, sûrement, j’ai réussi ma vie dans le sens où je suis entouré de personnes que j’aime et qui m’aiment. Oui, parce que j’ai réalisé beaucoup de choses dans beaucoup de domaines, que j’ai pu me rendre dans les endroits sur la Terre que je voulais connaître –et, souvent, de façon très privilégiée comme quand j’ai pu pénétrer dans la pyramide de Khéops ou les réserves du musée égyptologique du Caire, dormir chez les Wayanas en forêt amazonienne ou aller au Laos chez les Yaos avec un agronome (Marc Dufumier), avoir des amis Inuit à l’extrême nord du Nunavik, tourner des films au Mali, en Inde ou au Japon, prendre le thé avec Ernst Gombrich ou pénétrer seul avec une attachée de presse dans la Fondation Barnes telle que le collectionneur l’avait conçue à Merion… Chacun ses plaisirs, chacun ses fantasmes.


Cela suffirait à combler n’importe qui, mais l’être humain a une sacrée propension à en exiger toujours plus. Alors, je n’ai probablement pas réussi ma vie au sens où mes parents et grands-parents entendaient « réussir sa vie ». Pour eux, je devais faire SciencePo puis l’ENA. C’était tracé, comme pour mon cousin-germain Thierry Bost. Au sens de mes parents et grands-parents, j’ai donc probablement raté ma vie –encore qu’ils auraient pu réévaluer leur jugement.

En tout cas, j’ai largué au milieu des années 1970 toutes mes études pour expérimenter et créer. Et, au milieu des années 1980, j’ai dû, au pays du diplôme triomphant, les reprendre pour devenir conservateur de musée, avec deux enfants dans un studio (un dormant dans la baignoire –avec bonheur). Car, sans diplôme, même en ayant prouvé mille fois ses capacités, en France point de salut. Difficile en effet alors d’arriver à squizzer la diplomite dans le secteur public, à moins de vivoter paupérisé, ce qui est très dur à Paris (encore plus avec l’entourloupe du passage à l’euro qui a fait exploser les prix de la nourriture, tandis que les loyers se sont envolés, mais pas les salaires).

Le contexte,

les choix, les buts,

la marge de manœuvre



Les lignes qui suivent sembleront probablement dérisoires à mes contemporains, qu’ils me connaissent ou non. Ma vie a en effet excédé la question de la carte de visite professionnelle. Pourtant chacun subit son fatum. Les dés sont jetés et on doit faire avec. Voilà quel fut mon fatum professionnel, subi mais choisi aussi comme toujours : l’administration. Moi, le libertaire, j’ai œuvré dans le service public. Avec délices par moment. Avec générosité toujours, travaillant plus que ma part salariée. Avec consternation souvent devant un système sidérant. C’est ce dernier aspect qu’il faut mettre en évidence, même si nos descendants en seront hilares ou glacés : fondons donc un club des amis de Bouvard et Pécuchet.

Je l’ai constaté année après année, l’administration française est un système cadenassé auquel aucun politique n’ose toucher : cela ne marche pas, cela ne profite ni à la collectivité publique (c’est cher et grandement inefficace), ni aux agents (barrés majoritairement dans leurs carrières et leurs initiatives). Les seuls qui en jouissent sont les hauts fonctionnaires. Nul étonnement alors que rien ne se réforme. Et la haute fonction publique règne, nouvelle aristocratie, reproduction sociale. Ses membres passent du public au privé et inversement : vous savez, ces « crânes d’œufs », reproducteurs zélés de la bien-pensance du moment.


Même si j’ai connu le privé (ce qui m’a beaucoup appris et intéressé, avec une violence directe potentielle supplémentaire), l’essentiel de ma vie s’est  pourtant réalisé dans ce qu’on appelle le « service public », qui est loin donc d’être le service du public. Cela mérite qu’on s’y arrête dans cette tentative de bilan, car ce fut une grande partie de l’état de faits avec lequel chacun doit jouer où que ce soit : un environnement matériel et mental.


Personnellement, j’y ai défendu résolument la thèse et la pratique de la « plus-value étatique » : à partir du moment où la collectivité vous paie, vous êtes redevable à la collectivité et ne devez ménager ni votre temps, ni vos initiatives. J’ai donc énormément travaillé, car le travail est pour moi une valeur quand il s’agit d’un travail qui apporte, qui apporte concrètement à la collectivité. J’ai considéré que la conversion à l’inertie et le recroquevillement dans la passivité étaient accepter l’inacceptable. C’est, à mon avis d’ailleurs, la source de tant d’états dépressifs constatés autour de soi. Toute cette barrière travail-loisirs (ou travail-retraite) est à repenser, quand l’être humain est un tout non sécable.



Notre pays est ainsi bloqué sur un fonctionnement oligarchique avec une démocratie malade (monopoles médiatiques et absence de vrais choix politiques, aboutissant à 50% d’abstention et le vote Front national aujourd’hui). Une caste dirigeante s’accroche au pouvoir et aux prébendes. Il faut probablement des électrochocs comme la Libération après le Deuxième Guerre mondiale pour secouer tout cela : un pays réactionnaire qui avance grâce à des pionniers isolés et des élans collectifs brusques. Aujourd’hui –cela apparaît ainsi-- le système se révèle en tout cas nécrosé profondément : on a parqué les pauvres ; l’ascenseur social est en panne ; et l’allongement de la vie renforce le pouvoir de ceux qui ne décrochent pas et installent leur dynastie dans la politique, l’économie et les médias. Comme je l’ai dit et écrit : nécessité d’un Réveil, WAKE UP !



L’administration, elle, est en effet inefficace parce que mal organisée. Ses tares sont structurelles : des syndicats hyper-conservateurs qui vivent grâce à l’immobilisme, des agents pour beaucoup mal payés, pas reconnus, avec aucune différenciation entre ceux qui travaillent et ceux qui ne font rien, un avancement à l’ancienneté, des corps qui bloquent tout et des concours qui n’ont de sens qu’éventuellement à l’entrée dans la fonction publique, une bureaucratie galopante multipliant les règlementations pour s’auto-justifier et paralyser l’action, pas de sanction pour les parasites nombreux du haut (on en parle jamais) en bas de la hiérarchie, qui sont des emplois fictifs et volent donc les citoyens, pas de justification claire d’une part sociale d’intégration nécessaire des personnes à handicap…

Un esprit qui, du coup, se détériore avec la baisse du sens du service public et la mentalité du parapluie généralisée (tout glisse, pas de vagues, pas d’initiatives) et la pratique cynique du saut de puce (on change de poste pour grimper en se foutant complètement de l’endroit où on est, puisque ce n’est qu’une étape passagère). Cela devient un monstre très coûteux et non-fonctionnel, une machine à casse humaine : combien de bonnes volontés dégoutées, de personnes pas reconnues, robotisées, piétinées, sous-payées parce que pas rentrées au bon niveau dans les bonnes filières, marquées au fer rouge, de talents détruits dans tous les domaines...



Je suis conservateur général, sommet dans ma filière, ce qui est beau, surtout quand on a commencé comme gardien et magasinier, au plus bas de l’échelle. Pas suffisant néanmoins –pardonnez ces considérations si dérisoires, mais elles sont exemplaires de notre époque--, alors que j’ai présidé des organisations internationales et conseillé nombre d’institutions sur la planète, pour obtenir la direction d’un grand établissement au temps où les postes culturel se donnent aux affidés incompétents (une journaliste à la tête du château de Versailles sous Nicolas Sarkozy, un énarque propulsé par François Hollande au Centre Pompidou…).

Donc, si j’avais voulu « réussir » au-delà, j’aurais dû m’y prendre autrement. Nul doute cependant que durant la Deuxième Guerre mondiale, d’autres considérations m’auraient occupé : chacun doit faire avec le contexte de son temps, avec ses contraintes. Voilà ce qu’exprime la philosophie de la relativité : les choix du temps de guerre sont des choix du temps de paix. L’être humain peut batailler avec autant de difficulté en étant chancelière allemande ou Aborigène australien. L’aventure vitale individuelle s’exprime dans le grave et le banal : les salauds opèrent autant dans des petites bassesses du quotidien de bureau que lorsque des vies sont en jeu. Et il advient souvent que l’accumulation de bassesses puissent détruire des individus (combien de professionnel(le)s de musées brillant(e)s sont déprimé(e)s, écoeuré(e)s autour de moi ?).

Bon, surtout, durant cette fin de XXe siècle à Paris, dès la prépa SciencePo (abandonnée ensuite), j’ai compris que « je n’en étais pas ». Issu d’une bourgeoisie provinciale, j’étais un plouc pour le milieu parisianiste. Inutile alors de s’accrocher, sauf à emprunter les codes sociaux, les attitudes courtisanes et à décrocher le fameux ENA (viatique unique aujourd’hui, mais cela changera peut-être : sous Sarkozy, il s’agissait du règne des menteurs par profession, les avocats).

J’aurais pu être sportif ou acteur, me direz-vous. J’aurais pu aussi me lancer dans l’aventure de l’entreprise, perspective intéressante : innover sur la nature éthique des produits et du fonctionnement interne de l’entreprise, bouger les sociétés par du profit financier réinvesti dans des initiatives créant du lien social et du sens, modifiant la vie quotidienne. Un beau défi. Ou, plus naturel pour moi qui l’ai pratiqué, développer des projets associatifs d’intérêt public.

Ou prendre le risque de devenir un créateur vivant de sa création, avec le risque surtout de la servilité : mendiant perpétuel des commandes publiques, des financiers, producteur pour le goût des autres, vendeur à vie de son image de marque. Rassurez-vous, j’ai beaucoup de respect et d’admiration pour celles et ceux qui sont parvenus à conjuguer des réussites financières et l’intelligence des formes et des idées (Osamu Tezuka). Ou simplement à batailler pour imposer son indépendance (Agnès Varda, par exemple).

J’ai pris en réalité le risque d’être un artiste du dimanche et des autres jours de la semaine, volant du temps par-ci par-là, ayant parallèlement une œuvre scientifique, bousculant les montagnes dans l’absence d’argent, réalisant sans cesse des choses qui m’importent, sérieusement, professionnellement, comme si c’étaient toujours les dernières.



Les traces sont là. Et, en France particulièrement, ce sont les marges qui pensent le futur, ceux qui sont sur le côté de la route. La France crée ses révoltés. Elle survit et innove grâce à ses révoltés, bousculant les égoïsmes corporatistes tellement tenaces (ne jamais rien bouger de ses petits privilèges). L’invention vient alors des atypiques, des rejetés, puisque les nantis n’ont pas besoin de se distinguer (ils cherchent à perpétuer leurs rentes).

J’ai d’ailleurs pensé parallèlement –d’où ma farouche hostilité à l’héritage—que la situation d’héritier d’un personnage célèbre (ou d’une bien sûr) ou fortuné n’était aucunement une situation enviable. Qu’il y avait là en fait un handicap particulier. C’est pourquoi il faut laisser libres ses enfants de leurs goûts et de leurs passions, qu’ils n’aient nullement à être en fonction de leurs parents, qu’ils ne se pensent jamais en « héritiers » (l’imbécillité du « doit moral » des descendants sur des œuvres).



Bon, donc dans ce sens « officiel », je n’ai pas réussi : ni directeur d’une grande entreprise, ni président d’une région ou d’un Etat, pas même ministre, ni responsable d’une vaste association, ni Ousmane Sow, ni Jean-Luc Godard. Pourtant, j’ai beaucoup créé d’œuvres plastiques, de livres, de films, de modules multimedia… Pourtant, je suis un homme de réseaux. Misanthrope souvent, solitaire, ma vie a consisté à inventer des aventures collectives. Elles ont parfois pris une grande ampleur comme l’Association internationale des musées d’histoire. La plupart du temps, ce furent des micro-structures innovantes avec des micro-équipes dynamiques : le Musée d’histoire contemporaine à la BDIC et le Musée du Vivant (premier musée international sur l’écologie et le développement durable) à AgroParisTech, ou les Rencontres-Promenades « Histoires de passages... ».



Cependant, répétons-le, je ne suis pas Directeur du Louvre, ministre de la Culture ou Président de la République, Henri Cartier-Bresson, Claude Levi-Strauss ou Pablo Picasso et ne saurai probablement jamais ce que j’aurais pu donner dans ces fonctions ou rôles, pas faute d’avoir tenté pourtant (j’ai postulé pour diriger le Louvre). Consciemment et inconsciemment, j’ai fui en fait les ors et banni le cirage de bottes. Mais –il faut être honnête-- n’aurais pas détesté avoir à me mesurer à des occurrences de ce type, ne serait-ce que pour essayer de voir quelle marge de manœuvre je pouvais inventer.

Je suis résolument « autre » : créateur, écrivain, cinéaste, philosophe (bien que je n’aime pas ce mot fourre-tout), historien du visuel… Indéfini, sans « famille » d’appartenance (mes livres souvent ne correspondaient à aucun rayon : ni art, ni communication, ni histoire, ni philosophie, ni cinéma, ni politique, ni photographie…). Je suis un exemple des mutants actuels, un prototype de nos identités imbriquées, de notre mixculture (le roman et la bande dessinée Mixplanet). Je l’ai voulu comme une évidence et en même temps j’ai suivi inconsciemment une pente naturelle : je n’ai cessé de tracer des pistes sur des territoires différents pour aider à appréhender ce que sont nos réalités du moment et leurs potentialités. Promeneur attentif. Mister Local-Global.



Une réussite ou un échec ? Jauger sa vie, juger sa vie, être jaugé, être jugé, reste une question de paramètres et de choix du système de mesure. C’est souvent aussi une question de timing, tant il existe de différences entre ce que vit un auteur et ce qui se passe après sa disparition.

La portée de l’action



Disons-le, je suis prétentieux. Sinon, je n’écrirais pas cette introspection orientée. Très dur, critique, exigeant avec moi-même (et avec les autres), je n’ai pas une mauvaise opinion de mon petit ego… Ce qui m’encourage à cet orgueil réside dans le fait que j’ai œuvré avec une certaine rigueur et une certaine éthique choisies (probablement pas étrangères à mon calvinisme de formation). Longtemps d’ailleurs, je n’ai pas employé ce « je » qui vient ici à tout bout de champ et me gêne, mais le « nous » de modestie (en usage pour les publications scientifiques). Seules les circonstances font violence et imposent ce « je » : implication directe et, j’espère, honnête.

Ma fierté (ma vanité ?) vient donc du fait que beaucoup de mes intuitions pionnières se sont vérifiées sur des points centraux de mon époque. Je fus une sorte de vigie. Mais avec quel écho ? Bon, reprenons tous les éléments du débat.

Certains éprouvent (le plaisir de tenir un bistrot ou de vivre seulement), d’autres cherchent à « prouver ». Sûrement pour se rassurer. On les dit ambitieux, quand ils sont peut-être seulement angoissés : leur être-au-monde ne suffit pas. Il leur faut démontrer une utilité sociale, l’illusion de « servir », dans le meilleur des cas grâce à la curiosité, la découverte, l’expérimentation, l’échange avec les autres. Vous l‘avez compris, boire un verre d’eau fraiche et regarder un paysage (urbain ou agreste) peut suffire à ma joie, mais je ne pourrais être content de moi si je n’avais pas tenté d’apporter à mes proches comme à la communauté humaine. Faudrait-il apprendre la légèreté, l’insouciance ?



En tout cas, je ne suis pas et ne serai jamais de ceux qui manient le dénigrement perpétuel, la négativité sans avoir le courage d’en finir, la dérision (qui n’est pas l’humour) sur tous et sur tout, les pisse-vinaigre décalés ayant trouvé le moyen de ne jamais s’affronter aux réalités et de justifier toutes les saloperies. D’autres encombrent les écrans avec leurs râles, leurs sentiments, leurs comédons et leurs poils de cul. Pas moi. La vie intime est essentielle mais la pudeur peut l’être aussi. Etre avec ses proches comme on est avec les autres est la base d’une éthique personnelle. Elle n’implique nullement l’épanchement, la confession perpétuelle, l’égocentrisme larmoyant.



Mon destin –autre notion que je déteste car chacune et chacun a une forte responsabilité sur ce qui arrive—fut d’être un individu du mainstream poussé on the wild side et qui n’a pu peser sur la vie publique qu’en créant des structures parallèles (Institut des Images, Association internationale des musées d’histoire, Fondation René Dumont, SEE-socioecolo Network, France-Monde sur facebook…). Je l’ai fait gratuitement, sans entrer dans les prévarications et les corruptions en cours dans ce pays. Je n’ai cessé aussi, dans l’ombre, de créer contre vents et marées : outre mes films, romans, œuvres plastiques (avec les aventures pataphysico-situationnistes Aux Poubelles de la Gloire ou la confrontation au réel ubique de l’intime au médiatique Les Peintres d’Histoire, aujourd’hui les peintures-signes et vidéos « alteractu localglobal »), en inventant l’histoire générale du visuel, en promouvant l’Histoire stratifiée, en défendant la nécessité d’une socioécologie (justice sociale et impératifs environnementaux : www.see-socioecolo.com), ou en affirmant la nécessaire dimension locale-globale (Mister Local-Global). Des actions par strates, du local au planétaire, grâce aux nouveaux outils de communication (avec la claire conscience de ce que j’ai théorisé : le passage de la société du spectacle aux sociétés des spectateurs-acteurs). Des piqûres de rappel dans le train-train des conventions.



Je n’ai pas fait fortune (loin de là, remboursant encore un prêt immobilier sur des années à 60 ans), mais ce n’était pas mon but (je n’ai rien pourtant contre les chefs d’entreprise innovants et éthiques, cela a été dit). Je suis en revanche riche de rencontres et de moments intenses vécus ici et ailleurs sur la planète, riche des autres, de ces autres issus de tous les univers qui sont des savants dans leur domaine et ont des qualités d’ « être ». Cette richesse est considérable, au-delà de l’argent, qui n’a de sens que par ce qu’on en fait.



Cependant mon poids médiatique n’est indéniablement pas suffisant à mes yeux --de ma faute en grande partie (mes refus) et à cause aussi de cette propension à occulter certains esprits. Par ignorance d’abord. Par manque de curiosité. Par volonté d’omettre également.

Je suis ainsi une sorte de clandestin de la pensée et de la création. Un occulté. C’est là le point d’achoppement, non pas que cet anonymat relatif me chagrine (je pourrais même en tirer une fierté : n’être pas tombé dans l’avilissement médiocre ou les magouilles) mais parce que j’estime que mes idées (ni mes œuvres) ne sont pas assez prises en compte dans le débat public –ou récupérées à la petite semaine, pillées sans citation.

Nous vivons en effet des batailles de chiffonniers, non pas pour des principes mais pour garder son pouvoir, ses prébendes, sa visibilité. Des « intellectuels » ? Des acteurs surtout. De « bons clients » et de frais minois. C’est la comédie médiatique pour vendre, se vendre. Voilà l’époque.

Le sort commun des savants, des créateurs, des penseurs, se révèle radicalement différent : les actions des uns et des autres sont  soit invisibles, soit gommées. Ils ne sont pas ou plus des modèles sociaux, quand footballeurs, actrices et acteurs, chanteurs, présentateurs se collent aux écrans et à la notoriété.

Ce n’est plus le travail artisanal des têtes supprimées sur les photos de l’époque stalinienne, c’est un engloutissement facile des faits grâce à l’inculture généralisée. Vous avez défendu quelque chose avec ténacité pendant 10 ans ou 20 ans ou 30 ans dans le silence total, et vous n’en avez aucune reconnaissance publique lorsque tout le monde en vient à considérer que c’est une évidence. Un pantin attrape-tout des médias récupère, fait un livre-bidon et devient l’auteur de l’idée pour des journalistes et une classe politique qui ne va pas chercher plus loin (les quelques individus qui « savent », tordus de jalousie, n’iraient surtout pas reconnaître votre lucidité pionnière). Ainsi, des créateurs et des savants n’existent plus ou pas (d’où mes actions artistiques relayées sur la planète : Résistance des savoirs / Knowledge is Beautiful).



Aujourd’hui en effet, paradoxalement, alors que des milliards de personnes peuvent s’exprimer, ce sont les avis des 10 mêmes personnes qui tournent en boucle. L’abondance n’est pas le choix. Je dirais même que l’abondance tue le choix. A titre personnel, voyant l’édition fictive de presque tous les livres, par exemple, j’en ai tiré les conséquences en pratiquant de l’édition indépendante et en décidant de ne plus envoyer aucun ouvrage aux médias (cela ne change pas grand-chose…). Et puis je veux continuer à concevoir ce que je considère comme étant des produits de longue vie, des actualités réitérées complexes, à rebours des slogans délayés (une phrase fait un livre) pour quart d’heure de gloire et têtes de gondoles éphémères.

La situation est grave car nous sommes probablement à un tournant. Le grand DECROCHAGE est en cours. En attendant, les médias lourds s’autoreproduisent et se copient (ne supportant pourtant aucune critique, alors qu’ils sont dévalorisés dans les opinions publiques), condamnant à l’invisibilité les esprits indépendants, glorifiant les copistes, les récupérateurs, parce qu’il n’existe pas de médias intermédiaires, de médias-relais. Les réseaux sociaux font difficilement contrepoids.

A leur décharge, la multiplication exponentielle des productions de livres, de musiques, de films, d’expos, où d’ailleurs il existe beaucoup de choses intéressantes, rend impossible la valorisation et le choix : l’espace des journaux télévisés ou des journaux papiers traditionnels n’est plus adapté du tout à la réalité du terrain créatif.

Parallèlement, le système éducatif est en crise totale et fabrique inégalités et ignorants (l’effondrement culturel des dirigeants est atterrant et leur mépris de la culture et du savoir terrible, comme si le « peuple » n’avait pas des savoirs). Je l’ai souvent écrit. Non seulement il n’existe aucune démocratie de l’information mais cette absence de démocratie de l’information conduit à la régression partout des libertés et les citoyens n’ont plus de solution que l’action locale en réseaux connectés.



Il faut ainsi bâtir des sources alternatives tel mon site (
www.gervereau.com avec des contenus lourds) ou www.decryptimages.net dans lequel j’ai même expérimenté une émission de télévision, un videomag. Voilà pourquoi d’ailleurs j’ai inventé des initiatives locales, comme les Rencontres-Promenades (www.histoiresdepassages.net). Car la solution n’est nullement de chercher à rentrer dans les palinodies des médias traditionnels ne cherchant qu’à vous utiliser dans leur news market : soit vous êtes un petit jouet manipulé qui n’arrive à rien faire passer, soit vous devenez un personnage, une caricature de vous-même, obligé de perpétuellement jouer votre rôle.

Le grave danger des temps actuels réside en effet dans la propagande-publicité généralisée et la régression des libertés individuelles. Internet, formidable outil d’expression, peut devenir l’arme même de ce que j’ai appelé les sociétés du contrôle dans le grand hôpital planétaire. La normalisation à l’œuvre, la robotisation des individus, le contrôle des comportements, sont des pratiques exponentielles. Pour l’argent du commerce et le contrôle du pouvoir politique : publicité et propagande. Avec une police comportementale des corps et des esprits : on ne peut plus faire cela, on ne peut plus dire ceci. Au nom du « Bien », de la « Sécurité », de la « Santé », plus de libre-arbitre, plus de choix. D’autant moins lorsqu’on parque les pauvres, qu’on acculture l’ensemble de la société, qu’on transforme le système scolaire en grande cour de récréation pour ignorants manipulables, tandis que les nantis ont leurs filières.

Ne parlons pas de l’invention du « Diable », du terrorisme, nouveau repoussoir après le communisme-capitalisme de la guerre froide. La starisation des terroristes hyper minoritaires et l’éclat permanent du fait divers et des catastrophes constituent les voies évidentes d’une nouvelle Terreur. La Terreur visible, la Gore Attitude agitée sans cesse, justifiant les répressions, les contrôles, les renoncements.

Voilà pourquoi j’ai écrit le livre Tu es plurofuturo ? en quatre langues. Il faut arrêter de se faire enfumer avec des slogans de peur : j’entends parler de « crise » depuis que je suis entré sur le marché du travail dans les années 1970. Les enjeux sont là, visibles, comme les vrais clivages. Avec les plurofuturos, --celles et ceux qui partagent ma vision de l’action personnelle et collective--, nous devons donc plus que jamais tenir la ligne de la défense de la diversité (diversifier la diversité, ai-je écrit) dans tous les domaines. Mais, respectant trop les autres (haïssant néanmoins les salauds et méprisant les médiocres), je suis un mauvais chef de parti et abhorre les sectes…

Pourtant, les troupes se multiplient dans l’éveil de la clairvoyance. Beaucoup sont convaincus en effet désormais de l’importance de la biodiversité (dans l’évolution, pas comme un conservatoire figé qui n’a jamais existé). J’ai promu –même isolé et incompris, comme d’habitude-- à travers livres et expositions au Musée du Vivant l’écologie culturelle, c’est-à-dire la défense de la CULTURODIVERSITE (dans l’évolution entre ce qu’on choisit des traditions à défendre et là où on veut innover : une perspective rétrofuturo). Il faut donc lutter résolument et prioritairement contre le monde uniformisé de la consommation de masse, d’une religion ou d’une idéologie dominantes, contre les génocides culturels, les CULTUROCIDES.

Ne jamais rien céder aux crétins et aux fous terroristes, ni à tous ceux qui instrumentalisent habilement (la ficelle devient un peu grosse…) l’abjection contemporaine.

Comment ?

Vivre

–et laisser des traces ?



Au-delà de ma relative invisibilité publique dans notre ère ubique et médiatique –peu importante en fait, sauf en ce qui concerne la portée de l’action, comme nous l’avons vu--, il existe pour ce micro-bilan aussi la question de ma non-identité, mon côté « extra-terrestre » (comme disent les Corréziens).



Invisible mais actif en effet, j’ai gardé la dignité et la qualité de mes rapports avec les autres autour de moi, à Montmartre ou à Hautefage, et aussi avec mes amis sur tous les continents. A ce stade de ma vie, je pense donc être serein d’avoir beaucoup expérimenté et beaucoup produit, d’avoir pris date, d’avoir laissé des traces. Mon esprit pudique m’a sûrement éloigné des projecteurs, comme ma rigueur. Mais j’ai gagné en liberté et en qualité de création : qu’on aime ou qu’on n’aime pas ce que j’ai fait, cela correspond vraiment à ma conception du monde. Ma plus grande fierté est la cohérence : je suis vraiment celui que j’avais inventé, choisi, défini à l’adolescence. Je ne me suis pas renié et n’ai pas à rougir de trahisons lâches. Ma pensée n’a fait que se développer depuis mes premières créations en 1969 ou la revue pataphysico-situationniste « Aux Poubelles de la Gloire » de 1976.



Alors, je suis content de cette vie. L’époque fut certes très difficile pour ma génération (mais tant d’autres le furent ou le seront…), qui apparaîtra comme une génération sacrifiée dans l’Histoire, génération d’une époque de transition, celle post-68. Nous n’avons connu que les crises et nos prédécesseurs (la génération de 68), qui se sont beaucoup trompés et reniés, n’ont toujours pas décroché avec l’allongement de la vie. Ils s’agrippent pathétiquement aux leviers de pouvoir, alors qu’ils sont souvent bien plus médiocres que leurs grands anciens. Nous sommes ainsi restés une génération dans l’ombre sous tutelle. La génération suivante, elle, celle d’Internet, a compris de façon pragmatique qu’il ne fallait pas faire de sentiment. Elle avance, n’hésite pas à piller sauvagement sans citer, n’est plus du tout dans la révérence qui était la nôtre (excessive sûrement), fait parfois du spectaculaire.



Mais l’occultation générationnelle ne m’a pas empêché d’inventer constamment. Peut-être d’ailleurs cette situation d’inconfort, au sens matériel du terme --j’ai passé 13 ans de ma vie à faire un travail de conservateur en étant payé comme magasinier--, m’a stimulé par révolte devant des fonctionnements totalement injustes où les dés sont toujours pipés. Alors, j’ai théorisé le nouveau monde des images et ses conséquences, très tôt, bien avant Internet. Cela a occupé ma vie de scientifique (à travers le Dictionnaire mondial des images, l’histoire du visuel, les nombreux ouvrages et modules d’analyse des images) comme ma vie de créateur (mes films, mes séries d’œuvres plastiques ou le roman L’Homme planétaire).



Nous vivons en effet un changement complet d’époque. Conséquence négative : les livres ne nourrissent plus leurs auteurs, ni d’ailleurs les films, tant ils se multiplient, pour juste quelques bestsellers programmés. J’ai dû alors jongler entre les circuits traditionnels et les circuits parallèles. L’indépendance et l’exigence sont à ce prix. Conséquence positive : les nouveaux vecteurs permettent de court-circuiter les pesanteurs des financements et du pré-formaté (le « cinéma espresso », le videomag [decryptcult], la « musik botanik »…), en développant la possibilité d’expressions grâce à une économie de la gratuité et de l’échange, passant –répétons-le-- de la société du spectacle (au temps de la télévision triomphante) aux sociétés des spectateurs-acteurs avec le Net généralisé.



Alors, être spécialiste du « vivre » ? Ou bâtir son image de marque ?



Je suis incapable d’être un Claude Viallat se parodiant de toile en toile ni un BHL opportuniste avec ses chemises blanches, découvrant dans les années 1970 que le communisme d’Etat, c’est mal… J’ai accepté par amusement et repris ce surnom apparu dans le monde anglo-saxon en 2010 de « Mister Local-Global », car il intrigue et me correspond assez bien. Peu importe l’incompréhension : elle fut le lot de ma vie (quand je parlais en 1990 d’ « images fixes », on me surnommait « Idefix » ; ensuite j’ai caractérisé les « images premières » et les « images secondes »…). Pour ne pas la connaître, il ne faut pas inventer.

Avoir une pensée critique évolutive, c’est concevoir des points de vue mouvants sur des supports divers, c’est intégrer la relativité et le comparatisme. Je suis résolument évolutif. Darwinien. Contre l’idéologie du « progrès », qui est un leurre totalitaire, mais favorable à la défense de la diversité, rétrofuturo et plurofuturo, à une ère de création et de tolérance (Pour une philosophie de la relativité ), au mouvement, à l’expérimentation.

A contre-courant, j’ai multiplié ainsi les concepts au temps où il faut seriner une chose, un slogan (en France provincialisée, la « résilience », par exemple --quand la simple "résistance" reste un appel exemplaire--, ou la « mémoire », qui a fait tant de mal à la science historique et est la porte ouverte à la compétition communautaire destructrice du vivre en commun, ou la "politique de civilisation", pensée de nature néo-coloniale considérant qu'il existe une seule "civilisation" et pas "des civilisations"…).



Le pays où je suis né et le pays où je vis est malheureusement un pays amoureux de la rétrospective, pas de la prospective. Il n’encense nullement celles et ceux qui inventent et bougent les lignes, les tenants du mouvement, ceux qui réfléchissent localement et globalement, il couvre de médailles celles et ceux qui ont été, jusque sur leurs tombes, nécrophage. Il révère les héritiers. Pays du Panthéon. Mon cousin le chanteur Renaud devient un saint depuis qu’il s’est retiré et va mal. Ma mort risque d’être salutaire pour mon œuvre en la transfigurant. On pourra écrire n’importe quoi (Guy Debord exposé à la Bibliothèque nationale de France…).



Mais, finissons vite ce micro-bilan qui devient lassant. Cette introspection provisoire. Comme pour beaucoup (faire, c’est s’exposer), les obstacles et les coups m’ont renforcé et m’ont conduit à inventer malgré les difficultés ou la précarité financière. Vous l’avez compris. Le rêve construit parfois le réel à force de travail. On dit que la colline est une montagne et elle devient une montagne. Voilà ma méthode : matérialiser l’imaginaire, vivre ses songes, se coltiner avec un réel qu’on veut faire bouger.



On me lit au Brésil, on me regarde au Canada ou à Hong Kong, on me traduit au Caire. Infatigable générateur de concepts, inventeur de galaxies, pour les uns. Ou emmerdeur, agité du bocal prétentieux, pour les autres. En tout cas, je suis tenace et intranquille. Par exemple, je finirai par arriver à faire installer en France --après avoir alerté ministres et présidents successifs depuis des années-- des repères clairs dans le système éducatif : l’histoire du visuel et l’analyse des images. Même après ma mort.



J’ai eu en effet de forts pressentiments, à partir desquels j’ai bâti. Notamment sur deux points centraux : j’ai théorisé notre univers ubique des images et ses multiples conséquences, comme l’importance de reprendre en mains le local dans un dialogue local-global. J’y ai ajouté la nécessité du mouvement perpétuel et la philosophie de la relativité, qui sous-tendent l’enjeu capital de l’écologie culturelle, celui de la défense de la culturodiversité.



Bon, vous me découvrirez petit à petit.



Alors, je suis nulle part, pour beaucoup ? « Défaut d’identité » (titre de mon premier roman) ? Ou même je ne suis pas parce que je n’exhibe pas ma trombine à la Stéphane Bern ? Mon indéfinition est ma fierté : il est important de ne pas se résumer, ni à une carte de visite ni à un chapeau. Et puis, j’ai ce sentiment profond : ma vie fut et est riche, riche de rencontres, riche d’actions, riche d’idées, de plaisirs. J’ai pu beaucoup éprouver et beaucoup réaliser, beaucoup rire aussi... Je me suis formidablement amusé. J’ai joui de beaucoup de situations. L’égoïsme intelligent, l’hédonisme du partage pourrait me définir.



Aujourd’hui le fatalisme m’habite, du coup. Autant, adolescent, la mort m’angoissait car je la vivais comme un gâchis, alors que j’étais impatient de faire, de prouver que je pouvais faire. Autant, aujourd’hui, je ressens ma vie comme un bonus. En pratiquant la générosité militante, les médiocres et les voleurs, les nocifs haineux et destructeurs, ceux qui cassent les châteaux de sable, sont balayés d’eux-mêmes.

A l’époque où tout le monde veut être « jeune », quitte à céder aux teintures et aux tirages de peaux clownesques, je suis enfin vieux. J’ai décidé d’être vieux. Quel bonheur. Arrêter de s’emmerder. Envoyer promener les importuns, les nuisibles, les fâcheux, les atrabilaires, les médailles, les flatteries, les prix (que je n’ai jamais eu et que je ne veux plus, car ils me sont inutiles désormais). Je suis vieux enfin ! Isolé et entouré. Sans spécialité, mais curieux, en éveil. Pas aigri en tout cas. Pas avec un torticolis vers le passé. Expérimentateur. Générateur. Un voyageur de la vie. Utile aux autres ?

Je suis de toute façon ce que je mérite d’être. Nous sommes en effet responsables de ce qui nous advient. Certes, les conditions extérieures nous contraignent, mais partout le choix existe, même minime (il est éclairé par l’éducation, les connaissances, l’apprentissage à tous les âges). Voilà pourquoi je me suis tant élevé contre la propension de mon époque à la victimisation. Le choix éclairé et la responsabilisation, la volonté, sont des valeurs fondamentales, au temps où on joue l’abrutissement des masses pour en faire des esclaves dociles et la déresponsabilisation constante de celles et ceux qui veulent se situer comme des victimes perpétuelles.



Alors pour finir, « réussir sa vie » (notion subjective et absurde –répétons-le), n’est pas être célèbre ou pas, puissant ou pas, fortuné ou pas, réussir sa vie consiste à gagner la reconnaissance profonde et sincère de quelques-uns, personnes de qualité dans tous les domaines, dont celui de la simple convivialité (et de la tendresse), en Xaintrie, à Montmartre, sur tous les continents (pour mon cas précis). En ce sens –vous l’avez compris-- je vais bien dans mon long voyage au pays de nulle part des individus sans identité arrêtée, aventuriers de la vie.



La mort arrivera en son temps. Ce texte sera une des traces de mon passage.

Cité des points de vue,

Hautefage,

mai 2015

Twitter Facebook MySpace Digg


1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24