11 : 03 : 11

Japon : admirons le fatalisme dynamique

Je publie cette image ancienne d'un paysage serein, rapportée du Japon, alors que le tsunami frappe. Le Japon résiste à la dévastation avec pragmatisme, dans un fatalisme dynamique. Voilà ce qui doit nous toucher. 

En tournant mon film La Fabrique des images hybrides, j'ai pu voir la sérénité au moment du passage d'un cyclone. Ce panorama des images au Japon, de Hiroshima à nos jours, va être projeté  à  nouveau, demandez-le par ce site. Il est urgent en effet de comprendre et de rendre hommage à une société très attachante, respectueuse de l'autre, amoureuse de la nature. Cela devrait donner honte à nos médias excités de spectaculaire, avides de larmes et de hurlements en direct, qui courent après une ou un franchouillard hurlant à 400 kilomètres du drame. Leçon de courage et de responsabilité. Cette société esthétique nous montre l'exemple.

Concevoir une planète relative, c'est avoir la modestie de grappiller partout des modèles différents. Voilà le sens de l'écologie culturelle, en diversifiant la diversité, en changeant de valeurs ("lire plurofuturo"/SEE sur ce site  et allez voir www.see-socioecolo.com qui s'ouvre).

Je pense intensément à mes amis japonais et incite à la dignité.

Et maintenant, les angoisses liées à cette peste invisible : le nucléaire (j'ai voulu émigrer en Australie dans les années 1970 où Giscard d'Estaing multipliait les centrales...).

Post Scriptum. Allez voir sur Facebook la page Laurent Gervereau où j'ai publié, en dernier des Mohicans d'une certaine morale du service public télévisé, un article condamnant les conflits d'intérêt quand les présentateurs s'invitent entre eux (il est urgent d'établir un code de déontologie à cet égard) et le n'importe quoi de bateleurs intronisés "historiens" pour des livres-marketing d'anecdotes de seconde main. Nous ne devons jamais nous habituer à l'inadmissible. Il est temps de faire un grand rapport sur les fonctionnements de France Télévisions, de manière à ce que les mots "service public" retrouvent un sens autre que l'appropriation de l'argent collectif par quelques intérêts privés.


Twitter Facebook MySpace Digg


28 : 02 : 11

Visite à Vigo, images qui mentent, faux débats croupis

Je suis revenu à Jean Vigo par le dessinateur Raoul Cabrol, son ami. Revenons à Vigo (avec l'aide de sa fille passionnée, Luce). A Nice, je cherchais Vigo. Mais, comme partout, personne ne connait l'histoire de sa ville, même à la cinémathèque locale, alors que Vigo avait lancé un ciné-club. Revenir au local : propager la connaissance longue du local et l'inscrire dans un rapport local-global, voilà un combat que je mène depuis longtemps et qu'il faut faire déboucher (SEE).

J'ai peiné pour le suivre à la trace après Manuel de Oliveira (A propos de Vigo en 1983). Voilà son premier logement (repeint) quand il arrive en décembre 1928 près du port chez son amie communarde Janine Champol au 19 bis boulevard de l'Impératrice de Russie, devenu boulevard de Stalingrad (avec une partie boulevard Lech Walesa). Dans ce jeu de piste --prétexte en fait aux dérives, aux songes et à reparler de lui--, il va, s'étant marié avec Lydu Lozinska, avenue Padéri (villa des Deux Frères, quartier du Bas-Fabron) près des studios de la Victorine et sa correspondance indique ensuite : Villa La Muette (sic), Chemin de Fabron.

Tout en suivant ses traces, j'écrivais dès 6 heures du matin Les images mentent ? Manipuler les images ou manipuler le public, synthèse qui m'est réclamée sans cesse depuis 2000. Ce sera une exposition en 40 étapes de diffusion gratuite sur le site www.decryptimages.net. Ce sera un livre. Il est écrit.

Et puis, ça y est, la brochure SEE (socio-ecolo-evolutionists) est imprimée et va être diffusée pour ouvrir un peu les fenêtres mentales et interpeler. Merci aux ami(e)s du Brésil et du Canada qui m'ont poussé avec chaleur. Soutenez et imaginons autant que de l'autre côté de la Méditerranée, quelles que soient les difficultés. Arrêtons le piège des faux débats genre "islam" ou "laïcité". Notre urgence est la "justice" (ascenseur social à rétablir, droit équitable et appliqué pour tous, éthique de l'économie --qui est la base de son efficacité) et la "durabilité" (repenser nos comportements, devenir des consommateurs acteurs, agir sur notre univers visible direct en dialogue avec d'autres sur la planète). Cela fait des années que j'écris à ce sujet. Maintenant, les ficelles sont un peu grosses. Entrons enfin dans le XXIe siècle. Balayons les esprits croupis à droite comme à gauche, les baveux aigris. Parlons des enjeux réels. Une fois de plus ne nous faisons pas voler l'avenir (fauteuiltronik.com/BOOK) et bâtissons une planète juste et durable (SEE dans "lire plurofuturo" sur ce site). Bougeons.

Twitter Facebook MySpace Digg


12 : 02 : 11

SEE : Tunisie, Egypte, Lybie, Laetitia

Nous, les plurofuturos, les sociaux-écolos-environnementalistes (SEE), qui pensons le monde de la relativité en défendant le pluralisme et l'évolution dans le sens d'une Planète juste et durable, qui sommes des millions disséminés dans le monde, nous nous réjouissons des mouvements au Caire, à Tunis, en Libye ou ailleurs, quoi qu'il en advienne. Ils montrent des sociétés plurielles, des individus variés, bien loin des clichés caricaturaux d'un "bloc" de l'Islam nommé péjorativement "islamistes". Et je pense avec affection au groupe de professeures à l'université du Caire, qui m'invita avec chaleur pour des conférences, qui sont les correspondantes de www.decryptimages.net et veulent faire traduire en arabe mon histoire générale du visuel.

Parlons un peu alors de déformation médiatique. Je suis stupéfait de  constater en France, le soir même du départ de Moubarak, les bouches tordues des journalistes et commentateurs, ne connaissant généralement rien à l'Egypte mais répétant en boucle "danger islamiste". Cela suffit : réduire l'Iran à un grand Satan islamiste et priver les Egyptiens de leur liesse après avoir chassé un potentat, constitue un vrai scandale et une instrumentalisation de l'information. C'est comme lorsque l'Afrique du Sud --qui a réalisé une incroyable révolution pacifique avec Mandela-- est résumée à la criminalité dans les townships ou au SIDA, cela tourne à la géocaricature. Pendant ce temps, notre pays est bloqué, arrimé sur des réflexes de boucs émissaires particulièrement odieux et inopérants, un pays oligarchique, de moins en moins démocratique dans une dévalorisation du savoir et de la création. Pas un modèle : balayons devant notre porte au lieu de donner des leçons au monde.

Ici, de plus, la hiérarchie de l'information s'inverse par un double effet : démagogie politique et news market (il faut "vendre" les nouvelles). Jadis, le roi guérissait les écrouelles. Aujourd'hui, il s'occupe prioritairement des faits divers (affaire Laetitia). Le moindre meurtre ou accident de la route fait la "une" des jt ou des quotidiens. Ce qui passait en pages intérieures, laissant à Détective le soin de faire du sang en couverture, devient le coeur de l'information. La politique de l'affect rompt les relations culturelles avec le Mexique pour un procès controversé (affaire Cassez), postulant l'innocence de la jolie ressortissante française. C'est grave à deux égards, car il s'agit d'un aveu d'impuissance sur les grandes questions de notre temps, doublé d'un mensonge d'Etat puisque chacun sait qu'aucun pouvoir n'empêchera les crimes de cinglés, les tempêtes ou les inondations. La prévention a ses mérites (améliorons les choses en effet) mais aussi ses limites. Le fatalisme dynamique est le seul langage de vérité.

SEE : regardons enfin avec lucidité, ici et ailleurs (voir : www.fauteuiltronik.com).


Twitter Facebook MySpace Digg


04 : 02 : 11

Planète juste et durable (SEE)

(Laurent Gervereau chez les Inuit par Cabu)

Il faut prendre date face à l'aveuglement et à la surdité. Les trois questions centrales actuelles sont : mondialisation, justice, environnement. Tous les actuels et futurs candidats à l'élection présidentielle française --mais chacun d'entre nous, partout-- doivent se positionner par rapport à elles : soutenez "Ni mondialisation aveugle, ni bunkerisation conservatrice ! Imaginer une écologie culturelle" (www.fauteuiltronik.com / TXT PLURO). L'offre politique est en effet insatisfaisante pour celles et ceux qui veulent des sociétés de la création et du savoir, des sociétés de la justice, des sociétés durables localement et mondialement.

A cet égard, observons le honteux silence, les mini-hommages furtifs à un personnage comme Edouard Glissant. Cela pose vraiment la question de la hiérarchie des valeurs et des modèles dans notre société. Imagine-t-on autant de discrétion pour la disparition de Johnny Halliday ? La valorisation des chanteurs, acteurs ou sportifs est légitime et Halliday est devenu une sorte de légende nationale. Là n'est pas la question. Mais pourquoi de grands personnages de la pensée contemporaine ne sont-ils pas autant valorisés ? Pourquoi, par une inversion des valeurs, le savoir et la création deviennent-ils ghettoïsés, comme s'ils ne devaient pas inspirer tout le monde, même Johnny Halliday ? Pourquoi l'outil télévisuel est-il devenu celui de la sélection des modèles : politique, sports, divertissements, donnant à notre jeunesse une vision très déformée de la société ? La mort de Georges Charpak était-elle moins importante que celle d'un Jackson produit du show business ? Doit-on tout réduire à l'argent et à la diffusion ou organiser d'autres façons de penser le monde, d'autres modèles pour toutes et tous, quel que soit l'âge ? Il est vraiment temps de défendre cette écologie culturelle qui préserve et défend l'exigence, le précieux, la rareté : une culturodiversité.

Alors, assez des vieux débats et des faux problèmes ! Les plurofuturos, socio-écolos, libertaires environnementaux, veulent irriguer nos vies à venir et imposer d'autres comportements. Les consommateurs doivent devenir des citoyens. Il est temps d'imaginer à nouveau, au Caire, à Tunis ou à Paris, malgré tous les périls. La relativité permet des ouvertures pratiques, aidée par la circulation des informations. Coming from Brasil and Canada : Plurofuturos are Socio-Ecolo-Evolutionists (SEE) ! SEE, another way to look at the World ! Join us on www.fauteuiltronik.com !

Attention, après L'Homme planétaire, Pour une philosophie de la relativité, Ici et partout. Trois étapes d'écologie critique ou Je suis pluriel, voici la bande dessinée préparée depuis deux ans avec l'artiste chinois Xin Ye : Mixplanet (voir "bande dessinée" sur ce site). C'est collector, achetez vite et faîtes circuler !

Twitter Facebook MySpace Digg


27 : 01 : 11

Réveillons-nous au Caire, à Tunis ou à Paris !

J'avoue mon incompétence concernant les mouvements actuels en Tunisie et en Egypte, même si j'ai déjà visité à plusieurs reprises ces deux pays en y travaillant (sans être invité par aucune clique au pouvoir, refusant des propositions louches et insistantes) et ai une pensée amicale et chaleureuse pour des amies/amis là-bas. Réjouis, inquiets aussi, nous sommes tous en fait dans le brouillard. Mais, disons-le, ce qui fait plaisir est de voir les frontières bouger dans ce que je considère comme la réelle opposition des temps actuels et à venir : les plurofuturos contre les monoretros. Derrière les stéréotypes longtemps véhiculés, nous voyons des sociétés plurielles et des identités imbriquées. Il en est de même en Inde, en Chine, au Mali, en Iran ou au Brésil. La caricature d'un bloc de l'Islam explose ainsi et c'est une excellente chose.

Du coup, j'ai du mal à comprendre le titre du dernier livre d'Edgar Morin, dont les messages ouverts et humanistes ont à priori ma sympathie : La Voie. Cela fait un peu Tintin au Tibet... Tout nous montre au contraire qu'il n'y a pas --et qu'il ne faut pas qu'il y ait-- une voie, mais des pistes variées à expérimenter. Cette idée d'une solution bien bornée est très réactionnaire, comme les révolutionnaires d'hier imposant une société idéale d'un arrêt de l'histoire. Tout cela (religieux théocrates ou révolutionnaires achroniques) entre dans ce que j'appelle le monoretro. Espérons que les peuples qui bougent sauront maintenir le mouvement et la pluralité. Profitons-en pour saluer Edouard Glissant.

A rebours de tout cela --par contraste--, les moeurs autistes et endogènes de notre commando de décideurs (et des technocrates d'en face guère plus prometteurs), on s'aperçoit vite d'une démocratie d'apparence. Au lieu d'interroger les citoyens et de laisser s'exprimer les savants, la négation des compétences est permise par une inculture galopante qui fait croire à un peuple imbécile et moutonnier consulté par l'illusion sondagière.

Il est temps de se réveiller et de sortir d'un mauvais rêve. J'ai plaidé depuis longtemps pour l'exigence, le respect du savoir et du public:  un public certes las mais lucide, pas dupe. J'ai écrit contre le scandaleux kidnapping du futur (voir le succès de Halte aux voleurs d'avenir ! sur le site jeune participatif www.fauteuiltronik.com).  Désormais, commence à circuler un texte qui est destiné à éviter de repartir dans l'éternel même piège mental : soit une mondialisation aveugle, injuste et destructrice de l'environnement, soit un repli frileux sur soi à agiter son petit drapeau communautariste en croyant ainsi se protéger du vaste monde (le syndrome Amish). "Ni mondialisation aveugle, ni bunkerisation conservatrice ! Imaginer une écologie culturelle" commence donc à être lu par des personnalités diverses. Les réactions sont très enthousiastes et cela fait plaisir (accueilli désormais sur www.fauteuiltronik.com  / TXT PLURO). Contre l'oligarchie, la résistance de l'esprit de justice, d'exigence et de durabilité se répand.

Ce texte va circuler largement et obliger à ouvrir les prises de conscience dans nos futurs soubresauts. Je vous tiens au courant, car beaucoup de personnes sont prêtes à se mobiliser, sentant qu'il est urgent d'entrer dans les vraies perspectives des temps actuels. Faut-il pour autant en tirer une traduction directement politique et programmatique, du genre "Planète juste et durable" ? Ou "Planète socio-écolo" ? Fédération des Libertaires Environnementalistes (LE) ? Je crois surtout qu'il faut conserver la dynamique du "ici et partout", avec la faculté de voies diverses.


Twitter Facebook MySpace Digg


15 : 01 : 11

cinema espresso en salle, c'est parti !

Ca y est ! L'Info est-elle comestible ? est sorti le 12 janvier 2011 au Reflet Médicis (rue Champollion, Paris 5e). Sous-titre : "de la société du spectacle aux sociétés des spectateurs-acteurs". C'est peu de dire qu'il vient en plein coeur de l'actualité brûlante pour décrire les crises et mutations profondes en cours.

Il inaugure le "cinéma espresso" (voir la rubrique "films"). Les 5 films longs-métrages vont pouvoir circuler et montrer des exemples extrêmement différents pour traiter de grands thèmes d'actualité. L'info... --même s'il refuse le formatage télévisuel à la M6 (thèse lourdement démontrée, voix d'accompagnement pour donner un seul sens à chaque séquence, musique...) et laisse le spectateur juger librement dans une forme un peu foutraque-- est plus journalistique et aux antipodes du film sur l'Inde par exemple, long et envoûtant poème en images et sons.

Alors merci aux médias qui ont défendu avec passion cette entreprise  nécessitant du courage et que nous commençons à observer ailleurs dans le monde (Inde, Mali, Brésil...). La haute définition numérique autorise en effet des micro-productions avec une exigence de qualité et d'indépendance sur la forme et le fond. C'est, dans certains cas (Inde), quasiment le seul moyen de s'exprimer en dehors des superproductions nationales, du canal télévisuel ou des financements internationaux pour festivals. Tout cela relève d'une volonté de défendre le cinéma, un cinéma avec des aspérités, un cinéma pas lisse, un cinéma vivant !

Merci tout particulièrement à Nicolas Beau de Bakchich Info qui a bien voulu venir débattre avec moi jeudi 13 janvier dans des circonstances très particulières : il avait déposé le bilan la veille. C'est un homme formidable et subtil, un bel esprit généreux.

Merci aussi à Télérama d'avoir assassiné les films en deux lignes : cela les met à l'égal des superproductions et constitue une sorte d'anoblissement !

Maintenant, ils vont pouvoir vivre, circuler. Comme les livres, c'est une petite partie de soi-même qui se promène et cela fait plaisir. Je travaille déjà sur une suite (un documentaire chez les Inuit et une fiction). J'espère aussi que tout cela contribuera à animer intellectuellement une campagne électorale  non répétitive : N'ayons pas peur du monde ! Prenons conscience de notre pouvoir considérable sur le local ! Ouvrons les yeux sur ce qui nous entoure directement ! Ne soyons plus des consommateurs passifs ! Demandons justice et durabilité ! Et faisons-le savoir en échangeant avec tous les villages de la planète (il est des villages partout, même dans les mégalopoles ou les déserts) !

A ceux qui disent "sécurité", répondons "justice". Aux agitateurs de la peur de la mondialisation, opposons le "retour au local", la  reprise en mains de son quotidien, les solidarités proches, la diversification de la diversité, et le "local-global", le dialogue en réseau.

Dans une campagne électorale où on risque de nous ressasser : "sécurité, crise, peur", nous répondrons résolument par un autre regard : "justice, proximité, durabilité" !

Contactez-moi pour toute demande. Allez voir Halte aux voleurs d'avenir ! dans "traces" sur ce site. Secouons l'actualité, faisons passer des idées différentes.




Twitter Facebook MySpace Digg


15 : 01 : 11

un ministre face à l'histoire

Musée d'histoire de France (suite). Le jeudi 13 janvier 2011, un comité d'orientation a été mis en place. Ce même jour, l'Appel (voir dernier "regard") largement soutenu a été envoyé officiellement au ministre. Je l'ai accompagné d'une lettre (ci-dessous) clarifiant précisément les attentes pour repartir solidement, dans la concertation, et pour faire oeuvre pérenne. C'est l'intérêt général. Le ministre va-t-il enfin écouter et associer celles et ceux dont c'est le métier? Voilà l'enjeu et le paradoxe de cette affaire.

Monsieur le Ministre,

Après la publication de mon article dans le journal Le Monde, vous avez bien voulu me recevoir le 10 novembre 2010. Fondateur de l’Association internationale des musées d’histoire et du Conseil des musées d’histoire en France, co-directeur du Guide des musées et collections d’histoire en France, concepteur d’expositions pionnières sur les grands sujets de notre histoire contemporaine rassemblant des historiens de toutes tendances (La Propagande sous Vichy ; La France en guerre d’Algérie ; Toute la France (Un siècle d’histoire d’immigration en France) ; La déportation, le système concentrationnaire nazi  ;  Images et colonies ; L’Affaire Dreyfus ; 1917 dans le monde ;  Montrer/ne pas montrer la guerre ; Les Sixties ; Russie/URSS 1914-1991….), Président de l’Institut des Images et initiateur de l’histoire du visuel, j’ai pu vous expliquer que les professionnels, toutes tendances confondues, avaient été totalement tenus à l’écart du projet Maison d’histoire de France. Depuis, je n’ai plus eu de nouvelles et vos conseillers souvent n’accusent même pas réception des mails.

La concertation est donc totalement absente et montre bien combien les professionnels ont été non consultés, non associés et mis à l’écart. C’est très choquant, alors que la plupart ont œuvré avec passion leur vie entière pour faire évoluer en France et dans le monde les institutions patrimoniales, alors qu’ils ont le sens de l’intérêt public et sont pionniers au niveau international, conseillant des musées en constitution ou en transformation en France et dans le monde (comme je l’ai fait à Nantes, Lewarde, au Struthof ou en Afrique du Sud).

Expression de ce profond malaise –bien au-delà de son expression publique--, un Appel a été rédigé et soutenu par d’importantes organisations de chercheurs, de pédagogues et de professionnels du patrimoine, toutes tendances confondues, ainsi que nombre de personnalités. Je vous l’envoie officiellement. Vous remarquerez qu’il évite la question de la localisation, considérant qu’il faut travailler sur des bases saines dans la concertation. Si les Archives nationales sont confirmées, il faut aussi associer le conseil scientifique du Musée d’histoire de France (dont je fais partie, comme Pierre Nora) pour que des opérations conjointes soient créées. Et n’oublions pas l’innovation écologique et l’invention sociale.

D’une manière générale, nous vous posons trois questions précises, destinées à faire de ce lieu un lieu indiscutable et utile, applaudi par toutes et tous. Des réponses claires sont attendues, qui seront autant de signaux d’ouverture et de gages de pérennité, sur :

- le contenu historique avec une histoire longue (de la préhistoire à aujourd'hui), stratifiée (du local au national, au continental, au mondial), et ouverte sur différentes approches historiques, dont l'histoire du visuel. L’ambiguïté d’une continuation du débat sur l’identité nationale et sur une construction idéologique ou une instrumentalisation partisane doit en effet être clairement levée au plus vite. De plus, il faut innover sur la question des images et de leur utilisation, in situ et en ligne.

- la préparation du futur établissement public sur des bases ouvertes pédagogiquement et scientifiquement, en associant en tant que telles les grandes institutions de recherche --au-delà de personnalités-- et les organismes de pédagogues. Il faut un lieu pérenne qui se renouvelle, associe les jeunes chercheurs et les pédagogues dans autant de conseils ad hoc que d’opérations.

- la vraie inscription dans le tissu patrimonial en reconstituant un Conseil des musées et lieux d'histoire en France, ouvert sur l'Europe et le monde, et en chargeant un professionnel de musée de piloter la Maison, comme cela se fait partout en Europe et dans le monde. Là encore, il faut rassurer et bâtir solidement, non par quelques saupoudrages, mais par l’association de toutes les institutions, des partenariats et des programmes culturels en réseau. La Maison d’histoire de France ne sera plus vue alors comme un corps étranger et artificiel (voir agressif) mais comme un lieu d’échange, de dynamisation et même de rationalisation d’un réseau, profitable au rayonnement général.

Vous le comprenez, nous voulons ainsi que l’argent public soit utilisé pour une œuvre durable, innovante. Veuillez croire, Monsieur le Ministre, à l’expression de ma haute considération.

Laurent Gervereau

Président du Réseau des musées de l’Europe

Twitter Facebook MySpace Digg


24 : 12 : 10

Appel Maison d'histoire

L'intérêt de cet appel est qu'il rassemble des scientifiques (historiennes et historiens bien sûr, mais pas seulement), des pédagogues, avec les professionnels du patrimoine. Il pose trois questions claires et stratégiques dans un dossier mené pour l'instant sans grande connaissance du terrain.  Il est relayé largement (sur mediapart, Facebook, Twitter, mailings en France, en Suisse....). Des personnalités françaises et étrangères apportent chaque jour leur soutien et des organisations comme la Ligue de l'Enseignement, l'association générale des conservateurs, l'association des professeurs d'histoire-géographie, le Centre Européen de la Culture fondé par Denis de Rougemont, l 'OCIM (Office de Coopération et d'information Muséographiques), l'ESCOM et l'AAR (Fondation Maison des Sciences de l'Homme), l'Association des archivistes français ou la Fédération des écomusées et musées de société ...

Il pose la question des compétences.

 --------------------------------------------------------------------------


Pas d’instrumentalisation de l’histoire,

pas de mépris des professionnels !

Le projet de Maison de l’histoire de France est inquiétant sur trois points centraux, méritant d’être clarifiés et qui montrent combien ce dossier a été mené sans connaissance véritable du terrain et sans concertation.

- Sur le concept historique : allons-nous refaire le Musée à toutes les gloires de la France de Louis-Philippe au château de Versailles assorti de nouvelles technologies ? Cela n’est ni l’état de la science historique aujourd’hui, ni le reflet de ce qu’est notre pays dont le territoire excède le continent européen et à l’histoire coloniale forte, ni la nécessité de repères pour nos classes scolaires. Il faut clarifier en affirmant la nécessité de prendre des histoires-territoires dans la longue durée (de la préhistoire à nos jours), toujours ouvertes (du local au mondial, en passant bien sûr par la dimension nationale et continentale), et se souciant de compréhensions multiples (dans le désordre et sans aucune exhaustivité : histoire des conflits, histoire des échanges, histoire économique, histoire des femmes, histoire des images, histoire sociale, histoire culturelle, histoire dynastique…).. Une maison d’histoire se conçoit enfin vers des publics très variés, ce qui induit des niveaux divers de discours et de scénographies : elle pense un travail spectaculaire et populaire pour attirer les familles (tout en étant scientifiquement indiscutable), mais aussi des préparations en amont avec tout le réseau pédagogique. Elle parle aux touristes et produit, via Internet, pour au-delà de nos frontières.

- Sur la participation des scientifiques : pourquoi ce lieu serait-il seulement la maison de quelques spécialistes renommés, excluant d’autres tout aussi respectables ? Une Maison d’histoire doit être ouverte et réactive. Elle doit abriter de plein droit toutes les institutions produisant de la recherche historique. Elle doit permettre de constituer autant de conseils scientifiques ad hoc que d’opérations, associant des personnalités mais aussi offrant des débouchés pour les jeunes chercheurs. Elle doit pouvoir s’ouvrir à toutes les disciplines qui servent au travail historique, de l’économie à l’héraldique, de l’histoire de l’art à l’ethnologie… Elle doit aider aux échanges et à la production nationale et internationale.

- Sur le pilotage scientifique et culturel : quelle raison y a-t-il pour une mise à l’écart des scientifiques du patrimoine, de tous les patrimoines ? Voilà un aspect très choquant passé sous silence. Outre le peu de concertation avec les archivistes (ou d’ailleurs les bibliothécaires), les conservateurs de musées ont été tenus en dehors de ce travail. Il faut pourtant des spécialistes de patrimoines variés pour faire vivre une Maison d’histoire. Dès le premier congrès en 1992 de l’Association internationale des musées d’histoire, l’aspect totalement polymorphe des collections dans ce type d’institution fut d’ailleurs souligné. Et puis, sans conservatisme ou corporatisme mais avec logique, pourquoi les conservateurs --dont c’est le métier et qui ont longuement réfléchi à ces problématiques-- seraient incapables de mener un tel travail ? Le Deutsches Historisches Museum de Berlin, cité en exemple, a été conçu dans l’indépendance par deux anciens directeurs du Musée de la ville de Munich. Le MOMA à New York ou le Victoria & Albert à Londres sont dirigés par des professionnels de musées. La France aurait-elle les pires professionnels au monde ? Ils se connaissent pourtant de longue date, ce qui facilite les échanges nécessaires. Ils ont établi des réseaux avec toutes les institutions en France et à l’étranger. Ils ont fait leurs preuves sur des opérations concrètes. Ils sont des garants d’indépendance.

Si un jour une institution comme la Maison d’histoire doit voir le jour dans le contexte budgétaire difficile actuel, nous demandons des clarifications publiques nettes sur ces 3 points fondamentaux.

Les soutiens sont à envoyer à Laurent Gervereau : gervereaul@gmail.com

(Laurent Gervereau est Président du Réseau des musées de l’Europe et a créé l’Association internationale des musées d’histoire, le Conseil français des musées d'histoire et notamment codirigé le Guide des musées et collections d'histoire en France)

Twitter Facebook MySpace Digg


11 : 12 : 10

Inuit

Je suis ce Dark Vador surgi de l'espace. Par -30° et des vents de 100km/h, j'avais un bon alibi pour devenir cosmonaute. Enquête passionnante au Nunavik grâce à la collaboration avec le Musée de la civilisation à Québec. J'étais tout au nord à Kangirsujuaq. L'accueil de ce petit village inuit de 600 habitants fut formidable. J'ai pu y connaître tant d'aspects en peu de temps, de cet hiver qui n'arrivait pas avec le réchauffement climatique (plus d'un mois et demi de retard, la mer non gelée, de la pluie même...) aux modifications des modes de vie : grand écart entre un confort à l'américaine et des pratiques collectives d'organisation fondées sur les pratiques ancestrales de la chasse et de la pêche. Ce fut une confirmation de nos identités hybrides et imbriquées, partout, dans ce monde relatif. 

De là-bas, j'ai rapporté une matière très riche permettant de monter une exposition itinérante, d'enrichir notablement les collections du Musée du vivant et de faire un film dont le montage a commencé.

De retour par miracle (l'aéroport fermait une heure après mon décollage pour tempête de neige et l'est toujours), j'ai une pensée affectueuse pour Pierre et Jessica, qui m'ont hébergé et ouvert toutes les portes, et de la reconnaissance pour Markusi, le directeur du parc des Pingualuit, et Noa et Timoté et toute l'équipe des guides qui m'ont accepté dans leur expédition épique au lac-cratère de météorite. Irréel, entouré de glace et de neige, parfaitement rond, avec une eau pas gelée contrairement à tous les lacs  alentour et un nuage noir et circulaire au-dessus comme un couvercle...

Alors, quand je suis rentré dans notre petite France affolée par 5cm de neige et vivant "l'enfer", j'ai eu honte pour la grande maison de retraite moisie que nous nous sommes construite. Il est temps de respirer, de sortir, de regarder au-delà du périphérique, de penser à nos enfants et d'inventer des futurs. J'espère que nous allons enfin nous intéresser aux vraies questions, réinventer notre vie locale pour parler au monde.




Twitter Facebook MySpace Digg


10 : 11 : 10

Dictionnaire mondial des images et Maison d'histoire de France

"Réflexion sur un nouvel objet de la culture humaine, le visuel", selon l'expression de Jacques Le Goff, cette somme rassemblant 275 spécialistes du monde entier sort en libraire version poche (diffusé par SODIS-Gallimard). Elle coûte 35 euros. J'aurais préféré moins cher encore. Mais c'est une référence sur le long terme qui devient largement accessible.

A l'heure des chamailleries sur la Maison d'histoire de France, voilà une ouverture concernant un aspect fondamental des connaissances aujourd'hui : l'univers visuel. Dans un temps où civilisations, supports et époques se catapultent avec la même actualité sur écran pour tous, des repères larges sont indispensables. Il s'agit d'un enjeu essentiel du futur plutôt que les querelles stériles sur l'"identité nationale".

Là encore, allons de l'avant et exportons nos savoirs.

------------------------

Au fait, dans les remous sur cette fameuse "Maison d'histoire" voulue par le Président de la République et sur laquelle je me suis exprimé dans le journal Le Monde du 28 octobre 2010, je verse ici une pièce au dossier à laquelle beaucoup font allusion et qui m'est réclamée. Elle est reproduite dans les "traces" de ce site à l'année 1996 mais pas très lisible (j'ai donc retranscrit).

Rappelons que j'ai rédigé et lancé cet appel en 1996. Il avait fait l'unanimité dans les médias et avait été soutenu officiellement par le Président  Jacques Chirac (courrier du 10 février 1997) et le Premier ministre Lionel Jospin. Je dirigeais alors le Musée d'histoire contemporaine et l'appel  à créer un grand musée d'histoire tête de réseau touchait  le XXe siècle. Un comité prestigieux l'avait soutenu (j'avais sollicité des personnalités politiques de droite et de gauche, des historiens français et étrangers, les directeurs des deux grands musées d'histoire allemands, et Jacques Julliard avait accepté de le présider). Claude Allègre était chargé du dossier, qui finalement n'a pas abouti.

-----------------------------------------------------------------------------

POUR UN MUSEE D'HISTOIRE DU XXe SIECLE


La France est reconnue dans le monde entier pour ses écoles historiques. Pourtant, alors que nous allons changer de millénaire, elle manque de musées de synthèse sur son histoire. En particulier, il n'existe aucun parcours sur l'histoire de notre siècle, siècle riche en bouleversements qui construisent le monde d'aujourd'hui.

Deux musées en Allemagne (la Maison d'histoire de Bonn et le Deutsches Historisches Museum de Berlin) se sont créés pour traiter de l'histoire nationale en rapport avec l'histoire internationale. A l'heure où les questions d'intégration et de civisme se posent, un parcours sur l'histoire de nos Républiques (à partir de 1870), sur l'histoire de nos sociétés, des transformations économiques, culturelles, de la vie quotidienne, peut permettre d'illustrer et de faire comprendre notre passé. Alors que les échanges internationaux se multiplient, que les images circulent sur la planète, une histoire de la France en Europe et dans le monde, une histoire des grandes heures du siècle, jouent un rôle pédagogique essentiel, un rôle d'attraction touristique, un rôle d'animation pour les familles, et aussi un rôle de "musée hors le musée" par la diffusion de produits dérivés (notamment grâce aux nouvelles technologies).

L'histoire récente passionne le grand public. Elle fait partie de notre mémoire collective et concerne des couches très larges de la population (notamment les moins favorisées qui ne se rendent pas dans d'autres musées). Les difficultés économiques ne doivent donc pas interdire la réalisation d'un lieu vivant d'enseignement, de spectacle, de réflexion, contribuant à saisir notre monde en mutation.



Un comité de soutien prestigieux s'est constitué pour ce projet sous la présidence de Jacques Julliard :

Maurice Agulhon, Jean-Pierre Azéma, Jean-Jacques Becker, François Bedarida, Serge Berstein, Jean-Denis Bredin, Jean-Marie Cavada, Alain Decaux, Georges Duby, Marc Ferro, Robert Frank, René Girault, Alfred Grosser, Stanley Hoffmann, Jean-Noël Jeanneney, Jack Lang, Jacques Le Goff, François Léotard, Pierre Milza, Pierre Nora, Jean d'Ormesson, Pascal Ory, Mona Ozouf, Jack Ralite, René Rémond, Jean-Pierre Rioux, Michel Rocard, Sergio Romano, Henry Rousso, Hermann Schäffer, Philippe Séguin, Jean-François Sirinelli, Christoph Stölzl, Rudolf von Thadden, Hubert Tison, Maurice Vaïsse, Simone Veil, Michel Winock.

Pour tous renseignements :
Laurent Gervereau, Président de l'Association internationale des musées d'histoire et co-directeur du Guide des musées et collections d'histoire en France, Musée d'histoire contemporaine,...

-------------------------------------------------------------------------------


Twitter Facebook MySpace Digg


1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24