Sélectionner une trace


Sélectionner une année

2020 • 2019 • 2018 • 2017  
2016 • 2015 • 2014 • 2013  
2012 • 2011 • 2010 • 2009  
2008 • 2007 • 2006 • 2005  
2004 • 2003 • 2002 • 2001  
2000 • 1999 • 1998 • 1997  
1996 • 1995 • 1994 • 1993  
1992 • 1991 • 1990 • 1989  
1988 • 1987 • 1986 • 1985  
1984 • 1982 • 1980 • 1979  
1978 • 1977 • 1976 • 1975  
1974 • 1973 • 1972 • 1971  
1967 • 
 

68
Type de trace : expo et livre
date de parution : 3 mai 1988

Pas moins de 304 pages. Là encore, le travail fut pionnier. Personnellement, de 1968, j'ai la mémoire de la 2CV de ma prof d'anglais qui nous amenait clandestinement à Paris, des boutiques dans Versailles pillées en sucre et pâtes par une population terrorisée et de l'ordre moral difficile à imaginer aujourd'hui (je lisais Sade grâce à Pauvert et Barbarella grâce à Losfeld). En 1988, dans les années gauche caviar et Bernard Tapie, ce fut le rejet des baba cools. Les maos étaient dans la presse ou la pub. 1968 n'était pas du tout à la mode et nous fûmes les seuls courageux à faire ce gros travail. J'insistais pour appeler cela "mai-juin 68", car en fait toutes les images produites, ou presque, datent de juin. Avec Geneviève Dreyfus-Armand (ex trotskyste de la LCR, qui avait vécu les événements), on s'est partagé le travail. J'ai enquêté sur l'aspect culturel, rencontré et interviewé les créateurs d'affiches ou les activistes, croisé Debord alors à Paris par Merri Jolivet, vu Rancillac, Fromanger, Rougemont, Paris-Clavel... Grapus nous a donné tout son fonds et fait l'affiche de la BDIC. François Le Quernec a inauguré une politique d'images de grands graphistes pour chaque manifestation. Siné, Wolinski ou Cabu devenaient des amis. On installait avec François Miehe un atelier de sérigraphie dans nos salles des Invalides et les visiteurs sortaient avec "La police vous parle tous les soirs à 20h".