Sélectionner une trace


Sélectionner une année

2018 • 2017 • 2016 • 2015  
2014 • 2013 • 2012 • 2011  
2010 • 2009 • 2008 • 2007  
2006 • 2005 • 2004 • 2003  
2002 • 2001 • 2000 • 1999  
1998 • 1997 • 1996 • 1995  
1994 • 1993 • 1992 • 1991  
1990 • 1989 • 1988 • 1987  
1986 • 1985 • 1984 • 1982  
1980 • 1979 • 1978 • 1977  
1976 • 1975 • 1974 • 1973  
1972 • 1971 • 1967 • 
 

Le Progrès est une erreur
Type de trace : livre
date de parution : juillet 2016

Ceci est mon dernier livre, au sens d'ultime. J'ai construit une oeuvre littéraire avec L'Homme planétaire. J'ai construit une oeuvre philosophique et politique, depuis Pour une philosophie de la relativité. Elle s'est développée comme une arborescence à partir d'une base solide, d'un tronc de pensée.

"Le progrès est une erreur" reprend beaucoup de mes concepts (le local-global, l'histoire stratifiée, le tri rétrofuturo...). Il innove en faisant comprendre la notion de "limites dynamiques". C'est peut-être en fin de vie que l'on saisit plus facilement cette aberration dangereuse du "toujours plus", assortie de la notion que tout ce qui est nouveau est un progrès.

J'ai eu beaucoup de mal à écrire ce livre un peu foutraque. On pourrait penser qu'il est jeté et ludique. Il fut repris et repris et repris. Pénible à composer : je savais trop ce que je voulais dire.

Il n'empêche qu'il clôt un ensemble de réflexions semées tout au long de mon existence avec un résumé : les 16 engagements des Multiterriennes et Multiterriens. Il fait ainsi face au terme de ma vie, de la vie. Comme Gilgamesh refusant de mourir pour devenir un dieu éternel, mais qui finit par se faire voler la plante d'éternité (par un serpent) et comprend alors la nécessité de la fin. Elle assurera d'ailleurs la pérennité de sa trace.

On se plaint souvent des difficultés que l'on a eues à vouloir innover. D'aucuns ont dû lutter contre la répression, la torture ou la mort. Personnellement, ce fut plus doux et insidieux : j'ai eu maille à partir avec la médiocrité, une médiocrité insondable de petits esprits technocratiques à courte vue se foutant complètement de l'intérêt collectif et chassant en bande. Mais, à regarder hier, ce n'est probablement pas original, quand Denis Diderot écrivait : "L'homme précoce vit, boit, mange avec les stupides qui l'environnent, mais converse avec l'avenir." Les femmes précoces aussi.

Plus ludiquement, je me tournerai vers webtv (multiterratv), musik botanik ou expressions courtes.

Vous aurez encore de quoi découvrir... Du moins, peut-on l'espérer, pour quelque temps.